Il y a beaucoup de conflits et défis auxquels sont confrontés les gens dans ce monde. A part Les conflits et les défis , on est toujours dans une quête pour trouver des réponses spirituelles et psychiques à des problèmes existentiels de la vie. La tentation de chercher une meilleure façon de vivre et de résoudre ses problèmes sur terre aurait avoir causé l'émergence des voyants.
Pour pouvoir exécuter les services, nous installons et nous utilisons certains types de cookies requis sur le plan technique qui ne nécessitent pas votre autorisation préalable. Nous utilisons également des cookies de session qui sont automatiquement supprimés à la fin de votre session et qui ne nécessitent pas non plus votre autorisation préalable. D’autres cookies (tels que des cookies visant à améliorer la qualité de la navigation en enregistrant certaines données – pour éviter de devoir saisir les mêmes données à chaque utilisation – où à personnaliser le contenu des services en fonction de vos préférences) peuvent également être installés et utilisés moyennant votre autorisation. Vous pouvez à tout moment supprimer ou bloquer des cookies dans les paramètres de votre navigateur ou dans les paramètres des publicités (pour applications mobiles). Toutefois, dans ce cas, certaines fonctionnalités ou services du site web, qui nécessitent l’utilisation de cookies à des fins techniques peuvent être tronqués ou indisponibles pour vous.

« La conversation qui constitue le traitement analytique ne supporte pas d'auditeurs ; elle ne se prête pas à la démonstration. […] Vous ne pourrez donc pas assister en auditeurs à un traitement psychanalytique. Vous pouvez seulement en entendre parler et, au sens le plus rigoureux du mot, vous ne pourrez connaître la psychanalyse que par ouï-dire. […] Tout dépend, en grande partie, du degré de confiance que vous inspire celui qui vous renseigne. »


11Les aliénistes des XVIII et XIXè siècles ont développé un intérêt marqué pour la psychiatrie médicolégale et criminelle. L’expertise pénale occupe une place de choix dans la pratique psychiatrique du XIXè siècle. Tous les grands traités de clinique psychiatrique lui font une place honorable. Régis dans son traité, dont la première édition date de 1887, étudie la « capacité d’imputation » dont découle la responsabilité pénale. Cette capacité d’imputation suppose pour lui la liberté de juger et de discerner, c'est-à-dire de faire « le départ entre ce qui est bien et ce qui est mal, entre ce qui est utile et ce qui est nuisible, entre ce qui est légal et ce qui est illégal. Elle suppose aussi pour lui la liberté de se décider de se déterminer sur les motifs fournis par la faculté de juger ». Il y a irresponsabilité quand une de ces conditions psychologiques manque. Régis accepte le concept de « responsabilité semi-atténuée des semi aliénés » : dans les périodes d’incubation des maladies mentales, dans l’hystérie, l’épilepsie, et l’alcoolisme11… Dide et Guiraud dans leur traité de psychiatrie développent la discussion médicolégale de l’expertise. Il s’agit bien chez l’aliéné irresponsable « d’expliquer que les troubles du jugement mis en relief dans l’étude clinique expliquent bien l’acte antisocial, qu’il s’agit là d’un symptôme clinique de la maladie »12…Rogues de Fursac développe de façon importante le chapitre médicolégal de son traité, notamment dans l’édition de 192313. Il insiste sur le rôle de « conseiller technique » du psychiatre : « le psychiatre est absolument qualifié pour prévoir les réactions futures d’un délinquant psychiquement anormal et les effets que l’on peut attendre sur sa conduite à venir de l’indulgence ou de la sévérité… L’expert doit non seulement établir l’existence de troubles psychiques chez le sujet soumis à son examen mais démontrer que ces troubles existaient au temps de l’infraction… Rogues de Fursac insiste surtout sur l’importance d’assurer la défense sociale au moyen de mesures médicales : « j’estime en effet que l’expert n’a le droit de déclarer irresponsable un individu que s’il peut proposer des mesures d’ordre médical suffisantes pour assurer la défense sociale, soit en modifiant au moyen d’une thérapeutique appropriée le psychisme du sujet, soit en l’internant dans un asile d’aliéné avec la certitude que son état mental permettra de l’y conserver aussi longtemps que persistera chez lui l’état dangereux ». Gilbert Ballet pour sa part soutient la position de Jules Falret selon laquelle il n’y a point de responsabilité partielle pour les aliénés : le code oppose justement la responsabilité des hommes sains d’esprit et l’irresponsabilité des aliénés. Pour Gilbert Ballet, toutes les psychoses confirmées entraînent l’irresponsabilité pénale »14. Pour tous les psychiatres de la première moitié du XIXè siècle, la schizophrénie est devenue le modèle de la maladie mentale irresponsabilisante. L’expert doit rechercher avec attention l’injonction hallucinatoire, l’automatisme mental et le syndrome d’influence. La mise en évidence du délire paranoïde est la base de l’analyse clinique s’orientant vers l’irresponsabilité du sujet.
Sur le plan de la formation, c’est le cas des groupes d’analyse de pratiques, le plus souvent inspirés du travail pionnier du psychanalyste Michael Balint. Ces groupes, composés de huit à douze médecins, sous la « conduite » d’un psychanalyste, visaient l’élucidation d’un cas pratique présenté sans notes, grâce à la recherche en commun des sources de difficultés. Est-ce vraiment un hasard si Balint excluait tout ce qui se rapporte au transfert privé de médecin, s’il se montra toujours réservé sur le rôle central du leader et de l’interprétation, s’il facilitait plutôt la compréhension du « transfert public » (les transferts latéraux) ? En voulant créer une « compagnie d’investissement mutuel », en maintenant le non-savoir comme base du questionnement, il ouvrit la voie fertile à l’exploration des enjeux psychiques du métier, particulièrement ceux au sein desquels la relation joue un rôle essentiel.

Pour comprendre le fonctionnement d’un groupe de travail, on ne peut donc faire abstraction de son environnement et du rôle que celui-ci joue dans les phénomènes observés. Cette remarque a déjà été formulée maintes fois, en particulier par les critiques des séminaires de dynamique de groupe. Souvenons-nous, à ce sujet, de la dénonciation des groupes « en roue libre » par Elliott Jaques (1995), de la critique des groupes d’évolution par André Lévy (1972) et les théoriciens français de l’analyse institutionnelle (Lapassade, 1967). Faute de prendre en compte les éléments du contexte, le risque est énorme d’une psychologisation du social, d’interprétations essentiellement psychologiques des phénomènes sociaux et psychosociaux.
Chirologie, également connue sous le chiromancie, se penche sur la paume de la main d’une personne pour découvrir l’information psychique qu’ils cherchent. Le lecteur, appelé palmiste, un lecteur de palme ou d’un chirologist, se penche sur les lignes et les caractéristiques de la main et à l’aide d’un ensemble particulier d’interprétations, indique la personne les informations qu’ils observent dans ce qu’ils ont vu.

Selon un rapport de l'IPA (International Psychoanalytical Association)79, concernant la fréquence de moyenne de citation de l’International Journal of Psychoanalysis et du journal de l’Association psychanalytique américaine dans le « Social Science Citation Index », on montre un déclin des citations par d'autres journaux. Ce qui signifierait que la psychanalyse se développerait en « ignorant les contributions contemporaines ».


Au-delà de ces considérations, il semble bien, comme nous l’avons signalé ci-dessus, que le travail peut jouer, dans les groupes de formation et/ou d’intervention, le rôle de « médiat » – au sens de médiation. Or, comme le précise Kaës (2004, p.?14), « la médiation permet au sujet d’explorer sans s’y perdre l’espace interne puis l’espace commun et partagé ». En soulignant l’absence de danger (« sans s’y perdre ») de tels groupes à médiation, Kaës laisse bien entendre l’aspect structurant (défensif, disent certains) du médiat, sa fonction transitionnelle pourrait-on dire aussi (Amado et Ambrose, 2002 ; Amado et Vansina, 2005) susceptible de favoriser, parallèlement à l’exploration et à la réalisation de l’activité, un travail psychique « sécurisé », en quelque sorte. Car, en échangeant autour du travail, on parle de bien d’autre chose au fond, dont on est à moitié dupe parfois, et l’on comprend bien des choses aussi, sur soi-même, sur les autres et sur notre forme de présence au monde et d’action sur celui-ci.
L’alimentation est une fonction vitale qui apporte les éléments nutritionnels indispensables à une bonne santé, en quantité et en qualité. Santé physique mais aussi psychologique, affective et sociale. Un équilibre doit être trouvé entre exigences personnelles, culturelles et métaboliques. L’alimentation est aussi une pratique sociale, familiale et culturelle qui permet à la personne de prendre une place dans son environnement.
Contrairement aux idées conçues, la magie amoureuse n’a rien à voir avec l’envoûtement.  Il ne s’agit effectivement pas  de manipuler les sentiments de son ex à sa guise pour lui priver de son libre arbitre. En d’autres termes, il ne s’agit pas de ramener son ex  contre sa volonté. Récupérer son ex femme grâce à un rituel amoureux, c’est réveiller les sentiments pour vous qui sommeillent en elle. En effet, même si votre ex prétend ne plus avoir de sentiment pour vous, oublier une relation amoureuse du jour au lendemain est quasiment impossible. En le/la laissant prendre un peu de recul par rapport à la situation, de votre côté vous recherchez la force pour être prêt (e) lorsqu’il ou elle décidera de revenir vers vous, grâce aux forces du bien qui vous procureront la volonté et le courage de le/la reconquérir.
Un déterminisme aprioriste (prima faciae ou avant tout test ou tout recours à l'expérience) et un déterminisme après-coup (post faciae ou après tout test ou recours à l'expérience). En quoi consistent-ils ? Que peuvent-ils signifier, concrètement, pour un usage scientifique (ou non) ? Que « disent-ils » ? Nous considérons que le déterminisme prima faciae dit ceci : « cet objet qui se présente directement sous nos yeux, est déterminé par telle(s) cause(s) ». On affirme donc une connaissance apriori de l'objet. Mais, en reprenant la célèbre formule de Kant (« nous ne connaissons apriori des choses que ce que nous y mettons nous-mêmes »), nous nous rendons compte que les tests sont nécessaires, ainsi que le démontra Karl Popper, critique de l'apriorisme kantien. Ceci nous amène logiquement à définir le déterminisme post faciae (après-coup) qui nous dit donc ceci : « après les tests que nous venons d'effectuer, nous constatons que cet objet est déterminé par telle(s) loi(s) universelle(s) corroborée(s), que nous supposions, prima faciae, mais que nous venons de mettre à l'épreuve ».
Enfin pour ce qui est d’une «?rupture?» violente de l’adolescent avec sa famille qui prend souvent l’aspect d’une fugue ou d’un arrêt des contacts après une dispute violente ou une longue incompréhension. Cette violence est souvent accompagnée de l’impensable qui offre l’image d’un corps familial porteur de zones arrachées par le disparu. Souvent la famille vivra dans le non-dit, le secret ou la honte de l’événement.

Les bienfaits en tous genres de la lecture sont connus depuis quelque temps : relaxation, ouverture d'esprit ou encore entretien de la mémoire sont quelques-unes des actions bénéfiques que les livres peuvent exercer sur le corps. Une chercheuse de l'université d'Oxford s'est intéressée aux effets de la lecture sur les désordres psychiques, notamment les troubles des conduites alimentaires. Les résultats sont surprenants.
Les lectures par téléphone sont une des méthodes plus connues de contacter un médium. Si vous habitez aux États-Unis et avez eu une télévision dans les années 1990, vous vous souvenez probablement de Miss Cleo, qu’on pouvait appeler pour une lecture. Avec Internet, le choix de clairvoyants s’est élargi au-delà de celui de Miss Cleo, et maintenant il y a des milliers de sites offrant des services pour des connecter des médiums avec les clients par téléphone. Certains professionnels disent qu’ils préfèrent les lectures par téléphone car ça leur permet de se connecter sur un plan purement spirituel sans être influencé par quelconque élément physique, telles que les expressions faciales et le langage corporel. En outre, opter pour un lecteur par téléphone vous donne accès à des centaines, voire des milliers de médiums instantanément. Pour avoir le même genre d’accès dans le monde physique, vous devrez faire beaucoup de voyage.
Reconnue d’utilité publique et labellisée « Aide en Santé », l’association joue un rôle dans la prévention du suicide qui tue trois fois plus de personnes en France que les accidents de la route et reste la deuxième cause de mortalité chez les 14-25 ans. Selon le rapport 2018 de l’Observatoire National du Suicide, près de 10 000 personnes se sont donné la mort en 2014.
Veillez a garder un esprit ouvert quand vous obtenez votre lecture psychique. Il est parfaitement acceptable d’etre curieux et meme un peu prudent, mais essayez de ne pas etre conflictuelles ou sceptique. Une capacité psychique dépend de la lecture dans leurs pensées et leurs émotions. Si vous vous sentez votre hésitation entraver leurs chances d’une bonne lecture.

Cadeaux de mariage drôles sont fortement sous-estimés. Le cadeau du rire, surtout le cadeau du rire en situation de stress, peut être l'un des dons les plus précieux que vous pouvez donner. Quand tout le monde est de sortir de leur esprit en essayant de choisir, cadeaux de mariage mémorables et graves utile, le cadeau qui fait rire tout le monde peut être le cadeau le plus précieux de tous.
Ces auteurs, comme de nombreux autres, démontrent ainsi qu'il devient impossible de détacher les conceptions déterministes de Freud de ce qui fonde sa pratique thérapeutique. Le psychanalyste Pierre-Henri Castel semble plus sévère encore sur ce problème, en argumentant que le déterminisme psychique tel que Freud l'envisage, se répercute directement sur l'efficacité thérapeutique. Castel écrit :
La pratique de divination consiste à rechercher des informations en se concentrant sur une surface translucide ou réfléchissante. Les surfaces les plus couramment utilisés pour ce type de divination sont l’eau, des miroirs, des cristaux, le feu ou la fumée, mais scrying peut être fait sur toute surface lisse qui est réfléchissante. Beaucoup de ceux qui SCRY utiliser une boule de cristal pour deviner l’information qu’ils recherchent. Ce type de divination se trouve dans de nombreuses cultures à travers le monde.
Nous reprenons l’idée que l’image du corps est un organisateur de la famille, comme Didier Anzieu (1984) l’avait pensé pour le groupe. Mais la famille est un groupe spécifique par les liens psychiques qui le structurent : à savoir le lien d’alliance, le lien de consanguinité, le lien de filiation et le lien avunculaire dans le système matrilinéaire. C’est particulièrement sur les liens de consanguinité et de filiation que l’interdit de l’inceste s’est installé depuis fort longtemps. Actuellement le droit juridique en fait une preuve lorsqu’il s’autorise d’une demande des tests génétiques pour justifier un lien de parenté. Mais nous savons aussi que la fonction et la place symbolique de père s’installent psychologiquement dans les relations de soins et de permanence auprès de celui qui n’est pas obligatoirement sa propre progéniture.
« Je veux insister sur les analyses de « cas de nombres «, car je ne connais pas d'autres observations qui fassent apparaître avec autant d'évidence l'existence de processus intellectuels très compliqués, complètement extérieurs à la conscience ; et, d'autre part, ces cas fournissent les meilleurs exemples d'analyses dans lesquelles la collaboration si souvent incriminée du médecin (suggestion) peut être exclue avec une certitude à peu près absolue. »
Pour savoir qu’un marabout est efficace, prenez la peine de vérifier les avis des anciens clients sur ses prestations antérieures. Ces marabouts sont donc classés suivant les feedbacks laissés par les clients, ce qui vous permet à première vue de vous rendre compte de l’efficacité de l’un par rapport aux autres. Il est vrai qu’il existe beaucoup d’arnaque dans le domaine, c’est pourquoi c’est toujours mieux de se fier aux plateformes disponibles, que de se livrer aux personnes qui viennent de façon individuelle proposer leurs services.
Supposons que quelque chose de monumental vous arrive, comme si vous avez rencontré une personne extraordinaire qui vous pensez pourrait être « the one ». Si vous souhaitez consulter un médium sur les possibilités avec cette personne ou cet événement, vous souhaitez généralement le faire tout de suite. Pour une lecture en direct, vous devrez peut-être attendre des heures, jours ou semaines pour un rendez-vous. Avec une lecture virtuelle, vous avez accès à des milliers de médiums qui sont toujours disponibles.

La chercheuse questionne donc ce modèle des effets thérapeutiques de la lecture, qui ne s'applique pas dans le cas des TCA. D'autant plus que pour cette forme particulière de troubles psychiques, la prise de conscience du trouble des conduites alimentaires entraine bien souvent la personne qui y est exposée à une sorte de « paralysie » qui l'empêche d'agir pour y remédier.
10La médicalisation de la responsabilité est antérieure à la naissance de la psychiatrie en tant que spécialité médicale dans « La philosophie de la folie » du trop méconnu Joseph Daquin de Chambéry, parue en 1791, ou le traité fondamental de J.C. Reil « Rhapsodie sur les méthodes de thérapeutique psychique applicables aux troubles mentaux » où pour la première fois le terme de « psychiaterie » est employé en 1803. Au XVIIè siècle, Zacchias, médecin légiste, revendique effectivement un examen médical pour chaque fou ainsi qu’une exonération de peine rendant possible des soins. Pinel et les révolutionnaires de 1789 avaient déjà attiré l'attention des médecins sur les aliénés criminels à leur sens trop négligés par la médecine et la psychiatrie : «  Ces aliénés loin d'être des coupables qu'il faut punir, sont des malades dont l'état pénible mérite tous les égards dus à l'humanité souffrante »… « Les aliénés qui jusqu'alors ont été traités beaucoup plus en ennemis de la sécurité publique qu'en créatures déchues dignes de pitié doivent êtes soignés dans des asiles spéciaux »8. Pinel propose un « traitement moral » de l’aliénation… au moment où le droit pénal approfondit la notion d’élément moral des infractions9… Esquirol et Georget affirment la folie en tant que maladie sans en oublier les passages à l’acte médicolégaux : « Les passions arment une main homicide…, les aliénés attentent à la vie de leur semblable ; les uns devenus très susceptibles, très irritables, dans un accès de colère, frappent, tuent les personnes qui les contrarient ou dont ils croient être contrariés ; ils tuent les personnes qu'ils prennent à tort ou à raison pour des ennemis dont il faut se défendre ou se ranger, les autres trompés par des illusions des sens ou des hallucinations, obéissent à l'impulsion du délire »… « Quelques-uns tuent, motivent leur affreuse détermination, raisonnent leur action et ont la conscience du mal qu'ils commettent. Quelques autres sont des instruments aveugles d'une impulsion involontaire, instinctive qui les pousse au meurtre »… Depuis la naissance de la clinique, comme en témoignent ici les écrits d'Esquirol et Georget, le problème des passages à l'acte criminels des malades mentaux s'est toujours posé en psychiatrie10. C’est dans ce contexte que Georget développe en 1825 le concept de monomanie homicide et avance l’impérieuse nécessité d’une expertise psychiatrique pour évaluer la responsabilité pénale de tout criminel. La monomanie sera balayée cinq ans après ; mais depuis, une expertise psychiatrique est réalisée dans chaque affaire criminelle.
Cette dernière forme de déterminisme que nous identifions pourrait dire ceci : « les tests que nous venons d'effectuer nous renseignent sur les déterminants de notre objet de recherche. Mais comme tous les tests sont relatifs et ne peuvent être absolus, et comme toute loi universelle est logiquement réfutable, il nous faudra de nouveaux tests pour nous approcher, au mieux, de la vérité certaine sans jamais pouvoir l'atteindre ». En somme ce déterminisme représente, ni plus ni moins que les résultats fournis par les tests scientifiques. Concrètement, il représente donc l'ensemble des occurrences logiquement interdites par une théorie, ou, pour reprendre la terminologie de Popper, l'ensemble des énoncés de base ou « falsificateurs virtuels » de la théorie. Bien sûr, l'œuvre de Popper illustre bien cette forme de déterminisme. Cette ultime version du déterminisme est indispensable pour la science, parce que la science doit produire des résultats, c'est-à-dire qu'elle doit aussi réussir à corroborer des théories. Ces résultats sont avant tout, et in fine, des classifications, lesquelles dépendent des lois universelles corroborées à l'issue de tests. Puisque les classifications qui permettent de discriminer les objets et les phénomènes dépendent de lois universelles, elles ne peuvent être que relatives et non définitives ou absolues. Freud n'a jamais corroboré la moindre classification scientifique des phénomènes qu'il a étudiés. Si son déterminisme lui permet justement d'appréhender apriori, les « associations libres », c'est donc que ces associations ne peuvent être classifiées. Il est donc permis d'en tirer logiquement tout ce que l'on veut.

Dans cette précédente citation, on remarque, une fois encore, comment Freud exclu de la « vie psychique », toute possibilité d'arbitraire (c'est-à-dire, pour lui, de quelque chose de soumis au contrôle du libre-arbitre, donc de la conscience), et de fortuit, (c'est-à-dire, le hasard). Mais en excluant de façon aussi explicite (et répétée dans son œuvre) le hasard au niveau d'une causalité inconsciente, Freud exclu aussi, logiquement, toute erreur de calcul que puisse faire l'inconscient, dans les déterminations qu'il imposerait à la « vie psychique ». Et ceci implique à son tour, qu'il soit également exclu tout comportement, tout fait, toute imprécision, aussi infinitésimaux soient-ils, dans ce qui pourrait constituer les déterminants de cette « vie psychique ». Ce sont de telles implications logiques, issues en droite ligne du déterminisme prôné par Sigmund Freud, qui en font un déterminisme plus laplacien encore que ne le fut celui de Laplace lui-même. Cette version du déterminisme, est entièrement réfutée par Karl Popper.


Ces auteurs, comme de nombreux autres, démontrent ainsi qu'il devient impossible de détacher les conceptions déterministes de Freud de ce qui fonde sa pratique thérapeutique. Le psychanalyste Pierre-Henri Castel semble plus sévère encore sur ce problème, en argumentant que le déterminisme psychique tel que Freud l'envisage, se répercute directement sur l'efficacité thérapeutique. Castel écrit :
Dans ce dernier cas – de dépendance à une autorité –, il nous semble que les hypothèses de base de Bion comme les anxiétés décrites par Pichon-Rivière (ou leur simulacre) peuvent être à l’œuvre de façon dominante. Les comportements manipulateurs de la part de figures d’autorité sont par ailleurs, dans ce domaine, ceux qui peuvent susciter les anxiétés les plus profondes. Même s’il convient de reconnaître que ces situations sont loin d’être exceptionnelles, nous voudrions ici aborder les processus et problèmes les plus communs aux groupes de travail lorsqu’ils sont conduits (collectivement ou par un responsable) de manière « démocratique » (au sens lewinien du terme). Si, comme le dit Dominique Lhuilier (2006b, p.?226), le travail est la scène où se jouent simultanément et dialectiquement le rapport à soi, le rapport à autrui et le rapport au réel, on peut avancer que les groupes de travail sont des lieux où peuvent se produire, au mieux :
Ainsi, selon cette conception du déterminisme (qui ne laisse a priori aucune part au hasard), Freud devrait pouvoir, non seulement interpréter (comme il le fait dans Psychopathologie de la vie quotidienne), mais aussi expliquer causalement, ainsi que prédire55 tous les nombres et tous les mots, si c'est bien une science de l'inconscient qu'il prétendait fonder. Le déterminisme psychique absolu implique donc la possibilité d'expliquer et prédire n'importe quel nombre ou mot composé d'autant de membres que l'on voudra, et ce, en excluant toute erreur aussi minime soit-elle.
Le deuxième accès à l’image du corps familial se jouerait sur l’axe synchronique du «?ici et maintenant?» à travers les interrelations de contenant spatiaux que représentera le dessin d’une maison imaginaire rassemblant toute la famille (Cuynet P., 1996, 2002, 2007, 2010). Toujours tiré d’une pratique psychothérapique familiale, c’est devenu une vaste recherche, non encore terminée, pour aboutir à une épreuve projective groupale spécifique à la famille. Nous souhaitons que cette épreuve puisse aider rapidement les psychologues à évaluer certaines fonctionnalités de la famille. Nous partons de l’hypothèse que le corps familial serait en étayage sur l’habitat réel selon ses propres failles fantasmatiques. L’investissement libidinal de l’espace familial est créé par la projection de l’image du corps groupale. Ainsi le sentiment de familiarité, que l’on trouve dans la notion de chez soi, ne peut-il s’établir que lorsque chacun a pu y déposer une partie fondamentale et syncrétique de son corps familial. C’est-à-dire un sentiment de continuum temporo-spatial générateur de sécurité. Notre habitat s’offre comme «?objet trouvé créé?» pour la projection d’un moi-peau périphérique (Anzieu D., 1993), qui délimite un dehors et un dedans, espace intériorisé qui contient nos pensées sous forme d’objets psychéisés. Par cette fonction de pare-excitation, l’habitat a une délégation de protection de notre intimité chaque fois que nous le quittons. Nous comprenons mieux alors en quoi le cambriolage est souvent vécu comme un viol psychique pour «?l’habitat intérieur?» défini par A.?Eiguer (1983, 2004).
Vous aurez besoin de quelque chose avec une pointe fine à gratter la surface de la bougie. Il peut s'agir d'une épingle, un outil de traçage de spécialiste, un bâtonnet à cocktail ou toute autre chose que votre imagination peut rêver. Une fois que vous avez choisi votre outil si, consacrez-le correctement, puis le ranger dans votre coffre à outils magique et réserver uniquement dans ce but.
Ce que nous appelons «?la fidélité?» et que l’on nomme encore «?syndrome de Tanguy?» serait une prise d’indépendance relativement tardive, sans heurts et très accompagnée par les parents. C’est même eux qui installent l’adolescent dans un endroit investi par eux, quitte à le meubler. C’est une sorte de simple substitution de lieu, car souvent les parents gardent une clé et se permettent même de rentrer dans le logement à l’improviste comme chez eux. Le lien téléphonique fonctionne comme une sorte de cordon ombilical. Il y a donc une réduplication du corps familial à l’extérieur.
La seconde hypothèse avancée par Ehrenberg est qu’il est nécessaire de dépasser l’idée selon laquelle la société engendre des souffrances. Le fait que les normes et les valeurs produisent des pathologies n’est pas nouveau. Ce qui aurait changé en revanche, c’est le statut de la souffrance : de raison de se soigner, elle serait devenue raison d’agir, avec pour conséquence que la santé mentale ne relèverait pas que de la santé publique — car on ne peut la couper de la vie sociale et d’une « attitude » sociale — mais d’un état d’esprit également. Pour soutenir sa thèse alternative, l’auteur se réfère à Marcel Mauss et à son article « L’expression obligatoire des sentiments » :
The travel bug inside you is itching to be let loose, but things are not so simple when it comes to finding new destinations, says Ganesha. With you, holidaying goes hand in hand with delays. So, although you might be excited at the prospect of going to new places, this excitement will be somewhat curtailed thanks to postponements of travel plans. Well, such is life, so don't go about taking it to heart and getting all upset.
×