Après avoir participé à de nombreux groupes de formation d’orientation psychanalytique, j’ai conduit moi-même, depuis plusieurs décennies, des groupes de thérapie en CMPP et des groupes de formation avec de nombreux groupe-analystes, en France, en Angleterre et en Italie auprès de responsables d’organisations, ainsi que des groupes d’analyse des pratiques dans plusieurs milieux professionnels.
38Toutes les sociétés démocratiques connaissent le même problème. Il leur faut toujours rechercher un nouvel équilibre entre santé, justice et social, c’est-à-dire entre la prison, l’hôpital psychiatrique et l’hébergement socioéducatif. Notre pays comme tous les autres connaît une situation de crise dans ses établissements pénitentiaires, crise favorisée par la surpopulation pénale actuelle. L’opinion publique, qui accuse la psychiatrie d’être liberticide face à ses malades mentaux, la met en cause comme démissionnant face aux personnes présentant notamment des psychoses chroniques, retrouvées en trop grand nombre dans les établissements pénitentiaires. Pour les détenus malades mentaux n’ayant pas été reconnus irresponsables au moment des faits, comment limiter la sur pénalisation actuelle et apporter des soins adaptés, dignes de notre démocratie ?
En effet, pour comprendre le cheminement de Pierre-Henri Castel, il faut croire avec lui en l’existence des pathologies psychiques qui ne semblent pas avoir seulement des valeurs d’usage, contrairement au postulat de Wittgenstein qu’il cite : « le sens des concepts, c’est l’usage » (Castel 2009, p. 9). L’intérêt que peut présenter une discussion sur ce que pourrait être le trouble générateur de la psychose n’apparaît que si on estime que le terme psychose recouvre une entité « vraie », dont on ne peut peut-être pas définir les contours, malgré le « fait » que ceux-ci existent. Cette posture présente l’avantage de ne pas se poser trop de questions sur les normes et le concept de pathologie, de pouvoir défendre les bénéfices à tirer de l’approche naturaliste pour la psychiatrie sans questionner la pratique psychiatrique d’attribution systématique d’un diagnostic et d’écrire sur l’esprit malade sans discuter une quelconque définition de l’esprit ou de la maladie.
Les questions la vie nous puzzle tous et de temps en temps nous nous demandons s’il y a des réponses à trouver pour nous progresser sur la bonne voie pour nous amener à nos désirs et objectifs. A la recherche de ces réponses peut impliquer beaucoup de réflexion et la conscience de soi et parfois il peut impliquer les compétences et les capacités des autres.
De manière plus inconsciente, le risque est représenté par la dimension d’inconnu qu’apporte la présence du bébé. Encore étrange ou étranger au groupe familial malgré les neuf mois d’attente, le groupe est venu se recueillir autour de lui pour décrypter et se rassurer que le nouveau venu peut être des siens. Cette phase inconsciente s’étaye sur la lecture projective du corps sémaphore du bébé. En effet chaque membre familial, qui se penchera sur le berceau, cherchera quelques signes de ressemblance, un air de famille, qui prouverait imaginairement une filiation narcissique avec la lignée. La place première que prend le corps apparent dans le discours narratif du groupe familial donne au corporel une base primordiale aux processus d’enveloppement narratif fait d’identifications projectives qui viennent favoriser l’illusion groupale et le sentiment d’élation narcissique pour la famille. Ce travail d’interprétation fantasmatique et groupale vient plaquer une grille de lecture imaginaire sur le corps apparent du bébé et sur toutes ces réactions comportementales et somatiques. Ainsi il hérite d’un passé et des attentes qui lui fixeront d’entrée de jeu une place préconçue de préjugés. L’ombre parlée chez la mère définie par Piera Aulagnier (1975), qui n’est pas l’enfant imaginaire, et toutes les ombres transgénérationnelles des ancêtres que constitue le corps familial, viendront forger l’image inconsciente du corps du futur homme en devenir.
— La dimension dynamique du corps familial peut s’envisager au travers de la rythmicité et de sa mouvance figurative. C’est-à-dire selon les variations et les déformations de son enveloppe groupale. Nous pouvons évoquer la capacité de résilience ou de mémoire de forme de base du corps groupal lorsque les familles subissent des accidents ou des traumatismes dans la vie, et sont suffisamment fonctionnelles pour arriver à résister à l’hémorragie ou à l’éclatement. La résistance et la souplesse du «?moi-peau?» familial (Anzieu D., 1985), ainsi que les capacités de sublimation de l’appareil psychique groupal, ont évité que le contenu psychique se perde à l’extérieur. D’un point de vue dynamique, nous pouvons envisager le corps familial comme une structure de liens psychiques, qui serait dynamisée par une conflictualité entre des forces centrifuges et centripètes. Ainsi l’enveloppe familiale subit des variations de configuration selon les conflits. Nous en donnerons rapidement quelques exemples autour de la perte d’homéostasie de la cellule famille : à l’arrivée d’un bébé et la prise d’indépendance de l’adolescent.
Dans son livre intitulé L'Imposture scientifique en dix leçons, le journaliste scientifique Michel de Pracontal qui s'appuie notamment sur le critère de Popper pour identifier les pseudo-sciences44, donne son point de vue sur la psychanalyse. Il pense que dans son cas, (contrairement à Popper), que « le modèle des sciences de la nature ne s'applique pas à toutes les formes de connaissances et de théories45. » Pour Pracontal, on peut soutenir que « la théorie psychanalytique est une théorie interprétative, qui permet de donner du sens à des comportements subjectifs », et que « l'expérience montre que trouver un sens aux événements de sa vie peut aider à se sentir mieux, ou moins mal. » Ceci suffirait à valider, « d'une certaine manière, les théories de Freud45. » Mais, selon lui, ce que dit la psychanalyse ne pourrait être du même ordre que ce que nous apprend la physique, la chimie ou la biologie, et ce, contrairement à ce qu'avait toujours affirmé Freud.
40Pourtant, depuis la création de la clinique au décours de XIXe siècle, la psychiatrie publique est dans notre pays restée très présente dans la prison, avec la mise en place des secteurs médicopsychologiques régionaux depuis les années 1970 et surtout dans son rôle moteur pour la mise en place de la loi de 1994, qui fait que les hôpitaux remplissent toutes les missions de soins dans les établissements pénitentiaires. Depuis 1994, le secteur de psychiatrie générale intervient dans de la prison au titre de ses missions régulières et les SMPR ont la possibilité d’admettre des détenus présentant des troubles mentaux pour autant qu’ils soient consentants quand ils relèvent d’un établissement de leur région de rattachement. Il conviendrait manifestement de conforter le dispositif de soins psychiatriques actuels dans son intervention dans la prison sans pour autant se cacher les difficultés qu’amènera la pénurie à venir dans le dispositif de soins de secteur. Assurer une meilleure liaison fonctionnelle entre les secteurs de psychiatrie générale, les UMD, les UHSA et les SMPR sera une obligation dans ces prochaines années.
en premier lieu, bien entendu, une compétence (technique, organisationnelle ou humaine) au regard de la tâche à accomplir. Une telle évidence ne saute pas toujours aux yeux tant les enjeux de statut et de pouvoir interfèrent avec les conditions optimales du travail de groupe. La présence inutile, voire suspecte de hiérarchiques, « l’œil de Moscou », illustre de telles difficultés au sein des organisations ;
« (...) Mais quels que soient les aspects étranges que présentent les actes manqués et leurs corrélats, il reste que le déterminisme psychique qu'ils illustrent, s'étendant à tant de manifestations différentes, paraît changer de nature. Il se métamorphose en principe métaphysique. Car pour la science, on l'a dit, il se résume à affirmer que si tel phénomène est donné, alors tel autre suit, selon telle loi. Son expression est donc conditionnelle. En outre, la nécessité de l'enchaînement est manifestement une nécessité pensée, et introduite du dehors dans les phénomènes par le jeu des hypothèses et de leurs confirmations empiriques. Mais que se passe-t-il, quand rien n'échappe, dans le réel même des connexions mentales, aux lois d'un inconscient déterministe? La conditionnalité de l'enchaînement disparaît : tout est déterminé de façon fatale, au sens où la succession des causes et des effets ne peut nulle part être réorientée dans un sens ou dans un autre. Notre sentiment de spontanéité ne pèse alors pas plus lourd, selon le mot de Kant, que l'opinion d'un tournebroche sur sa liberté d'action. Il est difficile, ainsi, de concilier l'ambition déterministe, donc la réalité de lois causales contraignantes dans la vie psychique (y compris dans ses manifestations ordinairement considérées comme contingentes), et l'idée d'une guérison de la névrose qui remettrait entre les mains du malade quelque chose, un mécanisme sur lequel il pourrait agir, en opérant les choix (moraux ou esthétiques) dont Freud parlait la veille. »

Le trouble bipolaire est un trouble de l’humeur (avant intitulé : psychose maniaco-dépressive (PMD)). Il se caractérise par une variation anormale de l’humeur : alternance de périodes d’excitation (manie ou hypomanie) et de dépression, voire de mélancolie profonde, entrecoupées de périodes de stabilité. Le terme « bipolaire » évoque les deux pôles manie et dépression, entre lesquels l’humeur oscille.
psychologie   roman   bande dessinée   littérature française   romans policiers et polars   littérature jeunesse   fantastique   science-fiction   manga   littérature américaine   amour   jeunesse   humour   fantasy   récits   thriller   aventure   20ème siècle   littérature   littérature anglaise   classique   album   adolescence   amitié   romance   guerre   suspense   nouvelles   philosophie   france   magie   témoignage   écrivain femme   politique   science   famille  
l’expert conclue à la responsabilité auquel cas les soins sont donnés en détention si le détenu est consentant (en ambulatoire ou si l’état le nécessite après admission dans un SMPR) ; si le détenu n’est pas consentant il peut être fait application de l’article D 398 du Code de procédure pénale qui prévoit qu’un détenu malade mental peut être hospitalisé d’office sur le secteur psychiatrique ;

Un autre don psychique liée à l'esprit est la télépathie. Le don de télépathie est populairement connu comme \"lecture de l'esprit.\" Une personne avec cette capacité peut lire les pensées des autres personnes et de communiquer avec une autre personne en utilisant uniquement l'esprit. Ce don psychique implique le transfert de pensées entre les êtres humains conscients - et même les animaux. Cette capacité psychique est la raison pour laquelle il ya des gens comme les dresseurs d'animaux, qui peuvent facilement travailler avec les animaux.

Il y a ceux qui croient que les premières sculptures runiques étaient des symboles plus magiques utilisés comme charmes qu’un alphabet écrit. Bien qu’il soit difficile de trouver des preuves claires de l’utilisation de l’ancien alphabet runique aux fins de divination, de nombreux praticiens modernes des vieilles religions nordiques utilisent les pierres taillées à cet effet. Les pierres sont taillées avec des symboles nordiques et sont jetés sur un chiffon qui divise la lecture dans certaines zones. Chaque zone a une interprétation spécifique qui se combine avec l’interprétation du symbole sur une pierre qui atterrit dans sa région, en fournissant un contexte pour la lecture.


Nous reprenons l’idée que l’image du corps est un organisateur de la famille, comme Didier Anzieu (1984) l’avait pensé pour le groupe. Mais la famille est un groupe spécifique par les liens psychiques qui le structurent : à savoir le lien d’alliance, le lien de consanguinité, le lien de filiation et le lien avunculaire dans le système matrilinéaire. C’est particulièrement sur les liens de consanguinité et de filiation que l’interdit de l’inceste s’est installé depuis fort longtemps. Actuellement le droit juridique en fait une preuve lorsqu’il s’autorise d’une demande des tests génétiques pour justifier un lien de parenté. Mais nous savons aussi que la fonction et la place symbolique de père s’installent psychologiquement dans les relations de soins et de permanence auprès de celui qui n’est pas obligatoirement sa propre progéniture.

Henri Ellenberger (trad. de l'anglais par Joseph Feisthauer, préf. Élisabeth Roudinesco), Histoire de la découverte de l'inconscient [« The discovery of the unconscious : the history and evolution of dynamic psychiatry »], Paris, Fayard, 2001, nouvelle éd. revue et augmentée (1re éd. 1994), 975 p. (ISBN 2-213-61090-8, OCLC 468660422, notice BnF no FRBNF37649250).
Henri Ellenberger (trad. de l'anglais par Joseph Feisthauer, préf. Élisabeth Roudinesco), Histoire de la découverte de l'inconscient [« The discovery of the unconscious : the history and evolution of dynamic psychiatry »], Paris, Fayard, 2001, nouvelle éd. revue et augmentée (1re éd. 1994), 975 p. (ISBN 2-213-61090-8, OCLC 468660422, notice BnF no FRBNF37649250).
Très inspiré par Kurt Lewin, George Mead, Henri Lefebvre, Marx et Sartre, à côté de Freud et Melanie Klein, il conçoit le sujet comme pris dans un système d’interrelations dialectiques, un sujet qui serait le produit de l’interaction entre le monde interne (intrasystémique) et le monde extérieur (intersystémique). Le sujet sain serait alors celui qui a « une relation dialectique au milieu et non pas une relation passive, rigide et stéréotypée » (Jaitin, 2002, p.?147). Partant de la psychanalyse pour se diriger vers la psychologie sociale, il précise que cette discipline – la psychologie sociale –, si elle ne dépasse pas la seule étude des relations inter-personnelles en la rendant « directionnelle et significative », aura tendance à se scléroser et à perdre son sens. D’où la création de son Schéma conceptuel, référentiel et opératoire (SCRO [5][5] À propos du SCRO, Jaitin (2002, p.?167) précise :) orienté vers l’apprentissage au travers de la tâche et le développement de sa technique des groupes opératoires (« grupos operativos ») sur laquelle nous nous arrêterons ici.
L’autonomie, sa valeur et ses représentations particulières se voient constituées dans et par les pratiques, notamment celles qui nous intéressent ici, à savoir les psychothérapies. Ce qui est rendu nécessaire par le travail d’Ehrenberg, c’est une critique de l’individualisme de certaines approches thérapeutiques, comme la psychanalyse. L’étude des conceptions des êtres humains qui sont façonnées par les thérapeutes et leurs théories est nécessaire pour rendre compte de l’autonomie qui nous est attribuée, théoriquement et pratiquement.
Nombreux sont les voyants et mediums qui sont prêts à vous aider, à répondre à vos questions, à vos besoins. Votre manque d’assurance peut vous être handicapant au quotidien et c’est pour cela que nous sommes là pour répondre à VOS interrogations les plus personnelles. N’hésitez plus et posez-nous toutes vos questions: cartomanciens, voyants, mediums, astrologues éclairciront votre avenir. Envoyez-nous un simple e-mail et ce à n’importe quelle heure du jour et de la nuit pour nous parler de vos soucis amoureux, financiers, familiaux ou encore vos problèmes au travail. Les cartes et les astres nous révéleront votre avenir.
Des éléments biographiques de Freud (et d'autres) relèvent plus de l'hagiographie que de la stricte vérité historique dont la restitution fidèle nécessite travail d'archiviste et de déconstruction comme l'illustre le cas Anna O. que Henri Ellenberger fut le premier à démystifier. Bien des documents (lettres, notes, minutes…) ont été détruits par Freud lui-même ou par sa fille aînée (Anna Freud), caviardés, ou soustraits délibérément à l'investigation d'historiens indépendants, et pour des années comme une partie des archives freudiennes conservées à la bibliothèque du Congrès à Washington [réf. nécessaire].
Le débat n’est pas académique mais politique, entre la responsabilité de l’individu et celle de la société. La psychiatrie, de plus en plus interrogée par les problèmes de société, a répondu avec ses outils avant de s’apercevoir qu’il lui fallait en inventer de nouveaux. Comme toute situation extrême, la précarité représente un analyseur de la démarche des disciplines qui tentent de la comprendre. La psychiatrie doit se saisir de cette opportunité.
Un avantage supplémentaire de t-shirts et des casquettes est qu'ils permettent la personnalisation facile avec les noms des jeunes mariés et la date de leur mariage. cadeaux de caractère de noce prennent la personnalisation à un nouveau niveau entier en vous permettant de choisir les chiffres pour chaque membre de la noce. Vous pouvez choisir la couleur des cheveux et la peau pour la mariée, le marié et les membres du parti de mariage, et même choisir les couleurs de robe pour les demoiselles d'honneur. La fête de mariage peut finir sur des tasses, des plaques et des plaques ou même sur des cartes à jouer pour aider la mariée et le marié passer le temps entre deux avions sur leur lune de miel.
Le déterminisme psychique absolu est aussi apriori. Ce statut est en effet nécessaire pour pouvoir permettre une technique thérapeutique fondée sur l'interprétation des associations dites libres, puisque pendant l'analyse, selon Freud le patient doit dire tout ce qui lui passe par la tête. (Pour Jacques Bouveresse, ibid, p. 107 : « La croyance au déterminisme mental est évidemment le préalable qui justifie la confiance de Freud dans la méthode dite de l'association libre »).

La maladie psychique continue de faire peur, au même titre que ceux qui en souffrent. Destigmatiser la bipolarité, la schizophrénie, la dépression sévère ou les TOC, telle est l'ambition du collectif d'associations « Les couleurs de l'accompagnement ». À Paris, il est soutenu par la Ville ainsi que par Clubhouse France qui propose, à Paris 19, un espace d'accueil pour les personnes avec handicap psychique où l'on encourage leur accès ou leur retour à une vie sociale et professionnelle (article en lien ci-dessous). La maladie psychique se situe au 3e rang des maladies les plus fréquentes, après le cancer et les maladies cardiovasculaires. Sans distinction d'âge, de sexe ou de milieu social, les troubles et/ou épisodes de souffrance psychiques nous concernent donc tous. La plupart du temps, ils constituent la première cause d'invalidité et d'arrêts de longue durée. Leurs répercussions sont très importantes : précarité, exclusion, conduites à risques, repli sur soi, l'isolement pouvant aller jusqu'à l'exclusion, la vie à la rue et le suicide. Des maladies pas comme les autres mais qui, comme les autres, sont des maladies !

5. L’anxiété de statut, plus particulièrement à l’œuvre chez les responsables (Zaleznik, 1966). Elle est susceptible de se manifester à tout moment pour tout un chacun. Les groupes de travail sont ainsi l’occasion (souvent douloureuse) de découvrir que son propre point de vue peut avoir moins de poids que celui d’un collègue dont l’argumentation, loin d’être plus éclairante au sein des débats, se trouve valorisée en raison de l’image, du rang ou de l’aura dont dispose cette personne.
Comment comprendre alors la genèse et la portée du dispositif inventé par Bion ? Quelque peu traumatisé par son expérience de la guerre et l’exercice de l’autorité hiérarchique assimilée à un pouvoir trop souvent illégitime, récalcitrant face aux méandres pathogènes des organisations bureaucratiques, Bion, pourtant initialement intéressé par la réalisation de la tâche [2][2] N’oublions pas que Bion était avant tout intéressé,... au sein des groupes et le « juste » investissement des rôles par chacun, créa curieusement un dispositif où ces deux dimensions étaient difficilement appréhendables. Ni l’institution, ni les participants ne pouvaient véritablement s’y retrouver car la démarche de Bion, à partir d’une intuition féconde, était insuffisamment élaborée, peut-être trop réactionnelle au regard du contexte. Refusant toute structure et toute autorité apparente en contraste avec le cadre militaire auquel étaient confrontés ses patients et dont il était auparavant le garant sur le terrain, il adopta une posture où la libre parole, aussi vécue comme un laisser-faire, allait de pair avec des interprétations groupales pour le moins mystérieuses, en partie liées aux hypothèses de base. En cassant volontairement toute structure classique, Bion sollicita ainsi les anxiétés psychotiques paranoïdes et dépressives, pour lesquelles l’œuvre de Melanie Klein avait éveillé sont intérêt. Ne déclarait-il pas : « J’irai jusqu’à dire que ce sont ces dernières [les anxiétés primitives liées aux relations d’objet partiel] qui sont à l’origine de toutes les formes de comportement de groupe » (Bion, 1965, p.?130) ; sans doute avec l’hypothèse que leur analyse permettrait à la fois de mieux comprendre les phénomènes de groupe, d’accroître l’autonomie des sujets et de les aider à guérir. Toujours est-il que le phénomène psychosocial en cause nous semble plus proche de la prophétie autoréalisatrice (Rosenthal et Jacobson, 1971) que d’une découverte « scientifique » (à laquelle, au demeurant, Bion ne prétendait pas vraiment) : quoi de plus normal en effet que d’osciller entre la dépendance (à un instituant qui ne nous explique pas grand-chose ni de son projet ni de son dispositif et vis-à-vis duquel nous n’avons pas de demande particulière), l’attaque-fuite (fruit de mouvements paranoïdes et dépressifs compréhensibles vu la situation [3][3] Bion se déclarera d’ailleurs surpris que, en tant que...) et le couplage (c’est-à-dire la recherche constante d’une sortie de cette situation inconfortable) ? Bion, bien qu’il ait inventé son dispositif avant d’avoir entrepris une analyse, l’a peut-être calqué sur celui de la cure individuelle, provoquant la régression en groupe (reproche formulé par Nitsun, 1996) et jouant du transfert dans une situation qui ne s’y prêtait pas nécessairement. L’a-t-il réalisé dans l’après-coup ?
Je crois intéressant de noter que les deux éminents psychanalystes que furent Balint et Mendel avaient choisi, à côté de leur pratique « classique » de la cure, d’aider les professionnels (les médecins pour Balint, les différentes catégories de salariés des organisations et institutions chez Mendel) à gagner de la clairvoyance et du pouvoir sur leur acte de travail quotidien. Ajoutons que, pour réaliser cet objectif, ils ont tous deux mis à distance le transfert sur la personne centrale du groupe pour privilégier la « simple » facilitation des échanges autour de la pratique, ce qui valut à Balint son exclusion du Tavistock et à Mendel une relative marginalisation au sein de la Société psychanalytique de Paris. Or, c’est bien leur connaissance des processus inconscients d’un côté et des risques de leur analyse hors du champ de la cure de l’autre qui les conduisit à une prudente pratique sociale. Le succès des innombrables groupes Balint menés à travers le monde (depuis la création de la première société Balint, en France dès 1967) et des nombreuses interventions sociopsychanalytiques en Europe, en Amérique du Sud et au Canada témoigne de la pertinence des dispositifs proposés.
↑ « C’est Wittgenstein qui dans la philosophie a reconnu son importance tout en la rejetant, ou plutôt en la considérant d’un œil critique de philosophe. C’est ce qui semble résulter des remarques suivantes de Morris Lazerowitz qui très certainement admirait Wittgenstein tout en restant proche de la psychanalyse : « Il a entouré ses entretiens philosophiques d'une espèces d'aura psychanalytique. C’est comme si pour lui, la philosophie était devenue une maladie linguistique, un fardeau dont il faut libérer les gens ; on ne pourrait le faire qu’en mettant à nu les illusions provoquées par des tours du langage lorsque nous jouons inconsciemment avec lui »18 »

A new day brings with itself the new opportunities, but being prepared for future and taking precautionary measures before anything strikes is always a smart way of living life. Isn't it? Well, you might not know everything, but yes, knowing how your day is going to be will certainly help you in coping with it in a better way. If you want to know your weekly and monthly horoscope, you can also click here.
×