Nous attirons aussi votre attention sur la prudence nécessaire à l’établissement d’un diagnostic, hormis dans les cas de décompensations aiguës, sachant que même dans ces cas-là, ce n’est pas évident pour une équipe médicale de différencier un état de crise ponctuel (comme une bouffée délirante aiguë), qui restera unique, d’une entrée dans une pathologie sur la durée (psychose de type schizophrénique par exemple). De nombreux psychiatres reconnaissent avoir besoin de temps pour être sûrs et certains d’un diagnostic. Préférez ainsi ces psychiatres prudents, à ceux qui « dégainent le diagnostic plus vite que leur ombre… » au risque de vous y enfermer, ou pire encore, de se tromper...

Freud propose une explication spéculative exclusivement psychologique (non organique) des névroses et des psychoses, qu'il ancre, tout comme le développement psychique général, dans le développement de la sexualité infantile et de ses éventuels conflits : les symptômes névrotiques deviennent ainsi l'expression (symbolique) de conflits inconscients. Non seulement cette action symbolique présumée ôte toute signification aux symptômes mais jette aussi les bases d'une exégèse délestée de la réalité, retrouvant ainsi toujours la théorie dans les faits.[réf. nécessaire]
« De façon étonnante, un grand nombre de disciples, en partie carrément fanatiques, se sont ralliés à présent à Freud et le suivent où qu'il les mène. Parler à ce propos d'une “école freudienne” serait en réalité complètement déplacé, dans la mesure où il n'est pas question de faits scientifiquement probables ou démontrables, mais d'articles de foi ; en vérité, si j'en excepte quelques têtes plus pondérées, il s'agit d'une communauté de croyants, d'une sorte de secte (eine Art von Sekte) avec toutes les caractéristiques qui s'y rapportent. […] Le mouvement freudien est en fait le retour, sous une forme moderne, d'une Medicina magica, une sorte d'enseignement secret (Geheimlehre) qui ne peut être pratiqué que par des devins qualifiés98. »

Avec l’option d’une salle de chat, il y a des lectures aussi être trouvée à travers le téléphone ou par l’intermédiaire d’une webcam. Le chat webcam en particulier, amène le lecteur et le visage de demandeur pour faire face à une interaction plus personnelle. Avec le téléphone lecture il reste plus de distance et moins d’interaction avec la personne qui fait la lecture.


Avec Karl Popper, épistémologue, ces critiques estiment que la psychanalyse n'est pas une science issue d'une forme de recherche expérimentale. L'argumentation de Popper porte principalement sur le fait que, dans la cure analytique, toute dénégation peut être remise en question et être considérée comme une défense de la personne à l'égard d'une interprétation du psychanalyste. Prévenant par avance ses critiques, la psychanalyse serait donc irréfutable.
Par exemple, si vous effectuez un sort d'amour ou un sort d'attraction pour essayer de trouver l'amour ou pour renforcer l'amour que vous avez déjà, vous pouvez utiliser une bougie de couleur rose (rose représente l'amour) et puis aimer inscrit base de symboles. Après inscrivant, vous auriez alors oindre cette bougie avec un amour fondé ou de l'huile à base d'attraction.
« Comme l'ont souvent fait remarquer les anthropologues (en particulier Lévi-Strauss), la pensée magique ne se caractérise pas par la négation du déterminisme, mais plutôt par l'adhésion à une forme universelle et particulièrement rigoureuse de déterminisme. Elle exclut le hasard et l'accident de façon beaucoup plus définitive et radicale que ne pourrait le faire la croyance scientifique à l'existence de lois naturelles qui déterminent le cours des événements. »

Le site internet voyance-ange-guardien.com ne cherche pas à recueillir les données personnelles des mineurs selon les lois locales applicables. Les mineurs, selon les lois locales applicables, devraient avoir la permission de leur parent ou de leur tuteur légal avant de fournir tout renseignement personnel à Sesam Limited ou sur le site internet voyance-ange-guardien.com

Par conséquent, l'hypothèse d'un lien de causalité entre refoulement et névrose ne peut être réfutée. Sans cette hypothèse, il est parfaitement possible de rejeter l'hypothèse de l'existence d'un inconscient freudien (qui diffère de l'inconscient cognitif) qui reste, certes non réfutable, mais sans aucun fondement. En fait le raisonnement psychanalytique est plus ou moins circulaire, puisque pour montrer l'existence de l'inconscient, il faudrait pouvoir le connaître, et en faisant cela, il deviendrait conscient. Il est donc impossible d'observer l'inconscient et de démontrer son existence. Il ne s'agit que d'une hypothèse à laquelle on adhère par un acte de foi30,31.
Lorsque vous été sur votre enquête paranormale vous avez à faire un exercice de nettoyage, de se débarrasser de toutes sortes de différent d'énergie qui peuvent avoir attacher les mêmes pour vous. Ce n'est pas grave Peu importe ce type d'énergie, il est inoffensif ou plus dangereux, que vous voulez vous débarrasser de lui et le quitter, de sorte que vous n'avez pas glisser quelque chose avec vous à la maison.
le porte-voix (Jaitin, 1994), encore appelé « mouchard » ou « poète-radar » : c’est un membre du groupe qui, à un moment donné, « dénonce » ce qui se passe dans le groupe, les anxiétés qui le traversent, articulant ainsi son fantasme inconscient avec la réalité qu’il perçoit. Le porte-voix de Pichon-Rivière est proche de la fonction phorique décrite par Kaës (1993) ;
— La dimension dynamique du corps familial peut s’envisager au travers de la rythmicité et de sa mouvance figurative. C’est-à-dire selon les variations et les déformations de son enveloppe groupale. Nous pouvons évoquer la capacité de résilience ou de mémoire de forme de base du corps groupal lorsque les familles subissent des accidents ou des traumatismes dans la vie, et sont suffisamment fonctionnelles pour arriver à résister à l’hémorragie ou à l’éclatement. La résistance et la souplesse du «?moi-peau?» familial (Anzieu D., 1985), ainsi que les capacités de sublimation de l’appareil psychique groupal, ont évité que le contenu psychique se perde à l’extérieur. D’un point de vue dynamique, nous pouvons envisager le corps familial comme une structure de liens psychiques, qui serait dynamisée par une conflictualité entre des forces centrifuges et centripètes. Ainsi l’enveloppe familiale subit des variations de configuration selon les conflits. Nous en donnerons rapidement quelques exemples autour de la perte d’homéostasie de la cellule famille : à l’arrivée d’un bébé et la prise d’indépendance de l’adolescent.
Cet article vise à explorer les processus psychiques au sein des groupes de travail. En partant des recherches pionnières du psychanalyste anglais Bion et du psychanalyste argentin Pichon-Rivière, l’auteur montre que les anxiétés sous-jacentes à la réalisation de la tâche décrites par ces auteurs n’ont pas nécessairement un caractère général dans la mesure où elles ont été observées principalement dans des groupes de formation et de thérapie. D’où sa proposition de phénomènes inconscients complémentaires dès lors que la tâche présente une dimension opératoire et que le groupe de travail est inséré dans un contexte organisationnel. Dans une dernière partie, l’auteur détaille les capacités psychologiques individuelles sollicitées par le travail en groupe et les perspectives, en termes de formation et d’intervention, que son approche implique.
Le problème de fond n’est sans doute pas celui de la référence psycho-dynamique, mais celui des superstructures étroitement liées à un objectif; que celui-ci ait été perdu ne change rien à l’affaire. Ainsi, le modèle « bio-psycho-social », notion valise par excellence, qui a permis jadis l’émergence oecuménique de la doctrine de secteur, est de peu d’utilité dans le champ de la désorganisation du lien social dès lors que celle-ci n’est pas la conséquence de la maladie mentale classique relevant de ce qu’on désignait comme « l’assistance ».

De telles capacités sont-elles difficiles à acquérir ? La réponse de Bion est surprenante : « La coopération dans les groupes de travail, la participation ne serait possible qu’à des individus disposant de plusieurs années de formation et d’une capacité d’expérience qui leur a permis de se développer mentalement » (cité par French et Simpson, 2010, p.?1865). Ce n’est, bien entendu, pas notre avis. L’affirmation de Bion me semble liée, précisément, à sa conception des groupes de travail. En effet, dès lors qu’une activité et un objectif commun sont partagés, il semble que les participants soient souvent capables de s’articuler rapidement et de façon surprenante sans, pour autant, que leurs expériences antérieures ni même une formation quelconque les y prédisposent. Pour comprendre ce genre de phénomène sur le plan émotionnel et énergétique, les propositions d’Ophélia Avron (2012) d’une « pulsion d’interliaison », d’un processus primaire d’« émotionnalité participative rythmique » me semblent les plus éclairantes. Sur le plan du « réel », ajoutons que l’activité partagée joue le rôle de « médiat » et offre ainsi une base de sécurité de nature à assouplir les systèmes défensifs. C’est, en tous les cas, ce que mettent en lumière les dispositifs de formation et d’intervention qui l’ont compris.

Choses qui pourraient apporter globes orbe-comme dans vos photos peuvent être la poussière et la saleté de la nature, la lumière se reflétant dans une surface brillante, les insectes, le brouillard, etc Ainsi, lorsque vous obtenez une orbe de type boule de lumière dans votre tableau, vous devez faire sûr qu'il n'aurait pas pu être créé en être autrement. Si vous obtenez l'orbe sur une vidéo-caméra, vous pouvez aussi faire attention au mouvement de l'astre et voir si cela semble étrange et anormal pour tout insecte ou de particules de poussière.
Ces auteurs, comme de nombreux autres, démontrent ainsi qu'il devient impossible de détacher les conceptions déterministes de Freud de ce qui fonde sa pratique thérapeutique. Le psychanalyste Pierre-Henri Castel semble plus sévère encore sur ce problème, en argumentant que le déterminisme psychique tel que Freud l'envisage, se répercute directement sur l'efficacité thérapeutique. Castel écrit :
Au-delà des notions que j'avais déjà vues en géobiologie, cet ouvrage présente tout un éventail des possibilités qui s'offrent à nous pour explorer l'invisible, et surtout pour nous explorer nous, et nos capacités cachées. Il est écrit très simplement, facilement compréhensible, avec à la fois des "études de cas" (mais relatées peut être un peu trop simplement et rapidement) et des exercices à faire à la maison. Bref, un bouquin assez complet, qui n'insiste cependant pas assez sur le fait qu'il faut beaucoup, beaucoup travailler pour arriver à quelques résultats... Très instructif!
Se préparer pour un mariage est excitant, mais la souche peut vraiment commencer à porter sur le couple aux abois longtemps avant le grand jour. Un mariage peut être un événement complexe à arracher, et il ya beaucoup d'aspects différents à considérer. Les situations stressantes peuvent être un phénomène courant dans la perspective de ce grand jour, même si elles sont destinées célébrations pour le plaisir. Pourquoi ne pas prendre un peu de cette lourde gravité off à l'occasion d'un mariage ou un cadeau drôle de pré-mariage pour la mariée, le marié et leurs accompagnateurs?
Pourtant, rappelle Emily Troscianko, « les principales théories soutiennent que les effets thérapeutiques liés à la lecture découlent d'un processus impliquant une identification (avec le caractère ou la situation dans le texte) suivi d'une solution, d'un dénouement (dans la nature de la condition d'une personne) ». Un schéma classique, en somme, où le lecteur s'identifie, puis assiste à une résolution, qui s'apparente à un happy end.
On citera, Pierre-Henri Castel, (chargé de recherches au CNRS (Institut d'Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques-Université Paris 1-École Normale Supérieure) et au Centre de Recherche Psychotropes, Santé mentale et Société, (CNRS-INSERM-Université Paris 5), psychanalyste, membre de l'Association Lacanienne Internationale), sur le déterminisme freudien :
Par l’épreuve projective du dessin familial d’une maison imaginaire, que nous nommons spatiographie familiale, cela permet une représentation de l’image du corps de la famille dans sa version dynamique d’une configuration dialectique entre la partie et le tout. Ce qui expliquerait théoriquement certains constats qui nous montrent la liaison entre la destruction de l’habitat et la décompensation psychique ou somatique de ses habitants. Notre hypothèse psychopathologique serait que, selon le degré de besoin d’étayage du corps familial sur son enveloppe réelle qu’est la maison, celui-ci s’expose plus ou moins grandement au risque de déstructuration et de décompensation psychique et psychosomatique, si l’habitat réel est attaqué.
Mais ce qui est surprenant dans le petit ouvrage de MM. Vaschide et Pieron, qui ont pourtant la prétention de passer en revue les principaux jugements de la psychologie contemporaine sur les rêves prophétiques, c'est de voir négliger les faits racontés par les auteurs dont MM. Vaschide et Pierron s'occupent et qui sortent du cadre des explications auxquelles ces messieurs rapportent tous les phénomènes. Par exemple, lorqu'ils parviennent à parler du livre du Dr Macario, ils s'en tirent en disant :
Le secteur, entendu comme aire géodémographique desservie par une équipe chargée de la prévention et du soin en matière de maladies mentales, n’est pas fait pour les populations en précarité. Le secteur répond bien, du moins jusqu’à ce que les moyens lui fassent défaut, aux troubles mentaux classiques et à leurs conséquences sociales. Il n’a pas été pensé pour répondre aux nouvelles pathologies ni aux situations fortement intriquées à l’expression sociale. Le discours sur la prévalence très élevée des troubles mentaux dans la population en précarité, à proportion de son dénuement, mise au compte de la désinstitutionnalisation et du rejet d’un effectif élevé de malades par le secteur, est une contrevérité épidémiologique[2] en même temps qu’il vise à dédouaner le groupe social de toute responsabilité.
Ces auteurs, comme de nombreux autres, démontrent ainsi qu'il devient impossible de détacher les conceptions déterministes de Freud de ce qui fonde sa pratique thérapeutique. Le psychanalyste Pierre-Henri Castel semble plus sévère encore sur ce problème, en argumentant que le déterminisme psychique tel que Freud l'envisage, se répercute directement sur l'efficacité thérapeutique. Castel écrit :
Les travaux des Freud scholars sont parfois qualifiés « d’insultants » ou « d'infamants », par des défenseurs de la psychanalyse. L'argument du complot, et de la « conspiration », revient aussi de façon récurrente dans les discours et les écrits des défenseurs de la psychanalyse,[réf. souhaitée] qui voient dans les critiques une « haine » contre Freud et la psychanalyse, donc de l'irrationnel qui ne peut être traité sur le front du discours rationnel et critique mais sur celui du symptôme89.

les deux types d’anxiétés repérées par Pichon-Rivière – peur de la perte et peur de l’attaque – sont, selon nous, très liés à la fois à l’hétérogénéité du groupe (qui accroît la désorientation) et au rôle distant du coordinateur, qui n’intervient qu’en cas de blocage du « fonctionnement » du groupe et risque alors d’épier la survenue de ces anxiétés comme une sorte de bouée de sauvetage face à la complexité et l’incertitude ;
10Même s’il n’en n’a pas conscience immédiatement, les expériences de l’enfant s’inscrivent et seront remobilisées par celles ultérieures. Il aura alors connaissance de sensations, d’informes jusque là insus et pourtant constitutives de son Soi.  C’est là « dans l’âme qui ressent, que l’esprit métaphorique peut s’identifier. » et le sujet entre en lien avec des aspects authentiques de lui « le moi ressenti au sein de l’abysse. Voilà qui je suis, c’est moi, jusqu’au cœur » (p. 341). Mémoire signifie : être témoin, nous rappelle l’auteur, et ainsi, les patients traumatisés, par leur souffrance, leur pathos, témoignent dans le corps ce qui n’a pas fait sens pour eux. « La mémorialisation peut être à la fois concrète et métaphorique, (…) et on y accède par l’intermédiaire de la vie des sentiments ». (p. 340.)
Si vous avez des compétences psychiques, en travaillant comme un médium de téléphone est un excellent moyen de travailler à domicile. Il vous permet de choisir vos propres heures, et si vous travaillez pour vous-même, vous pouvez choisir vos taux horaires. Vous pouvez lire pour les clients utilisant différentes techniques, telles que les cartes de tarot, la chiromancie, l'interprétation des rêves ou comme un support. Lisez la suite pour en savoir plus.

Si vous décidez de commander un produit ou service électronique payant vous devrez renseigner les informations suivantes : titre, nom de famille, prénom, adresse e-mail, adresse complète, numéro de téléphone, date de naissance et méthode de paiement/données de carte de crédit. Nous traitons toutes les données personnelles mentionnées ci-dessus à l’exception des données de carte de crédit (voir informations complémentaires à ce sujet au paragraphe suivant) et nous gardons un enregistrement de vos achats de produits ou services électroniques. Pour ce faire, nous nous basons sur la nécessité dans le cadre de l’exécution d’un contrat dont vous êtes une des parties ou sur le besoin de prendre les mesures nécessaires, à votre demande, avant la signature d’un contrat ou sur nos intérêts légitimes tels que décrits ci-dessus.

« […] Il est difficile, ainsi, de concilier l'ambition déterministe, donc la réalité de lois causales contraignantes dans la vie psychique (y compris dans ses manifestations ordinairement considérées comme contingentes), et l'idée d'une guérison de la névrose qui remettrait entre les mains du malade quelque chose, un mécanisme sur lequel il pourrait agir, en opérant les choix (moraux ou esthétiques) dont Freud parlait la veille. »

Malgré la tyrannie du corps biologique omniprésent dans le groupe famille, la dimension symbolique de la fonction mythopoétique soutenue par le discours idéologique aidera chaque sujet à trouver sa juste place dans la constellation familiale. D’où la prise en compte de certains signifiants fondamentaux tels que le prénom, le nom et date de naissance et autres signifiants spécifiques à chaque membre. Le corps familial devient alors une représentation symbolisable qui fixe les repères identitaires dans l’espace et le temps générationnel.


Pour pouvoir exécuter les services, nous installons et nous utilisons certains types de cookies requis sur le plan technique qui ne nécessitent pas votre autorisation préalable. Nous utilisons également des cookies de session qui sont automatiquement supprimés à la fin de votre session et qui ne nécessitent pas non plus votre autorisation préalable. D’autres cookies (tels que des cookies visant à améliorer la qualité de la navigation en enregistrant certaines données – pour éviter de devoir saisir les mêmes données à chaque utilisation – où à personnaliser le contenu des services en fonction de vos préférences) peuvent également être installés et utilisés moyennant votre autorisation. Vous pouvez à tout moment supprimer ou bloquer des cookies dans les paramètres de votre navigateur ou dans les paramètres des publicités (pour applications mobiles). Toutefois, dans ce cas, certaines fonctionnalités ou services du site web, qui nécessitent l’utilisation de cookies à des fins techniques peuvent être tronqués ou indisponibles pour vous.
6Pour l’auteur, cette démonstration passe par un pont conceptuel : où situer l’inconscient freudien et comment l’articuler avec une démonstration philosophique. Il s’appuie sur la dialectique d’Hegel et place l’inconscient dans les « abysses ». La dialectique est, pour l’auteur, ce qui caractérise la pensée hégélienne. Ainsi, elle se définit comme ce qui structure les mouvements psychiques à l’intérieur de soi, les contenus inconscients, leur organisation et les liens avec l’extérieur. Il soutient l’idée que pour Hegel, tout est processus. Quelles conséquences pour le psychisme ? Il devient impossible de continuer à penser que les processus psychiques sont fixes, stables, mesurables. Si le psychisme est dialectique, alors il est processus mouvant, changeant et infini, puisque sans limite, abyssal. Or Freud parle d’un concept, l’inconscient, qui aurait ces mêmes propriétés dialectiques. L’inconscient et l’abysse sont donc mis en relation dans les conceptions théoriques de l’auteur.
Le déterminisme psychique absolu est aussi apriori. Ce statut est en effet nécessaire pour pouvoir permettre une technique thérapeutique fondée sur l'interprétation des associations dites libres, puisque pendant l'analyse, selon Freud le patient doit dire tout ce qui lui passe par la tête. (Pour Jacques Bouveresse, ibid, p. 107 : « La croyance au déterminisme mental est évidemment le préalable qui justifie la confiance de Freud dans la méthode dite de l'association libre »).
Frank Cioffi, professeur à l’Université de Princeton, s’oppose aux arguments conjugués de Karl Popper et d’Adolf Grünbaum. Selon lui, d’une part, l’histoire des sciences regorge d’exemples de scientifiques qui n’ont pas été découragés par d’apparentes infirmations de leurs théories (rejoignant ainsi le point de vue d’Imre Lakatos, selon lequel un programme de recherche scientifique se développerait toujours dans un « océan d’anomalies »41), et d’autre part, il évoque l’exemple de l’astrologie attirant toujours autant d’adeptes en dépit du fait qu’elle aurait été « mille fois réfutée »42. En conséquence, le seul critère de scientificité valide, selon Cioffi, serait « la mauvaise foi – le silence observé sur les réfutations, l’invocation de confirmations imaginaires, la manipulation des données, voire le mensonge pur et simple »42. Pour Cioffi, la psychanalyse est donc une pseudo-science, « parce que c’est une théorie de mauvaise foi » laquelle ferait des psychanalystes des « acrobates de la pensée ne tenant aucun compte des réfutations éclatantes qui leur sont opposées », cette mauvaise foi n’étant « le symptôme que d’un cynisme prêt à tout justifier pour préserver la cause »43.
Signalons d’emblée une ambiguïté dans la position de Bion face à ces hypothèses de base. D’un côté il affirme que l’une ou l’autre d’entre elles est toujours sous-jacente au niveau de la tâche (considérée comme rationnelle) mais, par ailleurs, il tient à préciser que « ce n’est que lorsqu’un groupe commence à agir selon une hypothèse de base que les difficultés surgissent » et qu’il est « beaucoup plus susceptible d’être submergé par les hypothèses de base lorsqu’il n’est pas structuré » (Bion, 1965, p.?91). Une question ne manque donc pas de se poser : les hypothèses de base constituent-elles l’inévitable fonds commun de tous les groupes ou dépendent-elles du cadre dans lequel les groupes évoluent ?
En Afrique par exemple, le marabout est ce qu’on pourrait comparer à un Saint homme, un sage qui dispose de pouvoirs surnaturels multiples. Il est capable de guérir une bonne brochette de maladies, d’addictions telles que le sexe, le vin, la drogue etc., mais aussi les souffrances. Son rôle en général est de rendre la vie de tous ceux qui viennent à lui plus agréable. Il contribue à ce que l’individu ait plutôt la richesse, la protection, la chance, et même l’amour. C’est aussi lui qui est la personne indiquée pour désenvoûter les individus de tous les mauvais sorts dont ils pourraient faire l’objet.
Croyez-vous aux fantômes? Avez-vous déjà eu une interaction avec les esprits? Avez-vous été témoin de apparitions fantomatiques pour l'instant? Eh bien, il ya beaucoup de choses dans la vie qui vous ne pouvez pas comprendre. Il ya des choses que même la science ne peut pas expliquer. Nous voyons et expérimentons choses dans la vie qui peut ne pas sembler crédible pour tous sauf pour ceux qui ont vécu des circonstances semblables. Il ya quelques spectacles sur A & E du canal de DISH Network qui vous donnent le goût de la zone paranormal. Ce nouveau genre de divertissement est légèrement différente de celle des savons et des programmes traditionnels, mais les téléspectateurs seront certainement comme de regarder à cause de leur contenu unique. Examinons quelques-uns de ces spectacles effrayants de la colonne vertébrale.
« (...) Timpanaro soutient avec raison que, dans le cas de Freud, les convictions déterministes invoquées, comme il se doit, au niveau de la « science abstraite « n'empêchent pas par elles-mêmes les explications causales détaillées qui sont proposées pour des cas particuliers de relever, somme toute, beaucoup moins de la science proprement dite que de la « magie concrète. »
Au niveau du réel, la famille, à la différence des groupes artificiels, souffre d’un surplus de corps biologique réel du fait des liens de consanguinité et des ressemblances morphologiques qui sont à l’œuvre pour générer la certitude du lien. Nous sommes alors dans une filiation narcissique de corps pour corps dans l’ordre de l’identique et d’une pure reproduction filiative. De plus, le regroupement dans l’espace sur un lieu déterminé et bien délimité que représente la maison favorise la contiguïté des corps individuels pour redonner un moi-peau familial enveloppant, fait comme un patchwork. Une enveloppe groupale délimite alors un espace d’intimité familiale. Cela peut s’étayer sur des éprouvés sensoriels peu mentalisés tels que : l’odeur corporelle, la couleur où le grain de peau, une sonorité de voix ou un accent particulier?; enfin toutes sortes de signes tangibles spécifiques à la famille, que nous percevons intuitivement et qui s’imposent à nous, lorsque nous la rencontrons.
The travel bug inside you is itching to be let loose, but things are not so simple when it comes to finding new destinations, says Ganesha. With you, holidaying goes hand in hand with delays. So, although you might be excited at the prospect of going to new places, this excitement will be somewhat curtailed thanks to postponements of travel plans. Well, such is life, so don't go about taking it to heart and getting all upset.
×