Devant la fascination familiale (positive ou négative) sur le corps du bébé, nous concevons que l’illusion narcissique groupale puisse rappeler le temps de jubilation du jeune enfant devant la découverte de son image corporelle dans le miroir. Par analogie la naissance dans une famille nous semblait être l’équivalent d’un stade du miroir groupal (Cuynet P., 1994, 2001). C’est là que la famille, en se focalisant sur le corps du bébé dans sa fonction sémaphorique, se regarde et prend conscience d’elle-même. L’enfant est l’incarnation du désir d’un couple, mais aussi de deux lignées qui se reconnaissent en lui dans le meilleur des cas. Le nouveau-né devient le plus souvent dépositaire du moi idéal de la famille pour peu que son corps offre suffisamment de similitudes avec les images inconscientes du corps familial. Nous sommes sur le versant positif de la transmission inter et transgénérationnelle. Le stade du miroir familial ouvre un espace transpsychique, véritable lieu de dépôt d’un legs transgénérationnel venu des ancêtres, éléments non mentalisés qui s’incorporeront chez le futur sujet. Cet héritage corporel peut s’envisager sous la forme d’une image du corps groupale ou d’une enveloppe généalogique (Granjon E., 1996) comprise comme constituée par le plus petit dénominateur commun de toutes les caractéristiques des corps vécus.
Cet article vise à explorer les processus psychiques au sein des groupes de travail au-delà des théories de Bion et de Pichon-Rivière. Si nous nous référons à ces deux auteurs, c’est pour deux raisons majeures. La première, c’est qu’ils figurent parmi les rares psychanalystes qui ont développé, à partir des groupes de formation et de thérapie, une théorie et une pratique susceptibles d’éclairer, selon eux, la dynamique de tout groupe de travail. En second lieu, force est de constater que leur audience, près de cinquante ans après leurs premiers travaux, est toujours aussi considérable, non seulement auprès des cliniciens du groupe du monde entier mais également – grâce aux nombreuses formations qui s’en réclament – pour les travailleurs sociaux, enseignants, managers et responsables en tous genres. En effet, alors que l’étude des groupes opératoires (« grupos operativos ») par Pichon-Rivière et ses disciples est surtout mise en œuvre en Amérique latine et en Amérique centrale (Fabris, 2007, Tubert-Oklander et Hernandez de Tubert, 2004), des séminaires de « group relations » qui s’inspirent de la théorie et de la pratique de Bion se déroulent bien au-delà du seul monde anglo-saxon (France, Italie, Israël, Turquie, Hollande, Bulgarie, Suède…).
Nombreux sont les voyants et mediums qui sont prêts à vous aider, à répondre à vos questions, à vos besoins. Votre manque d’assurance peut vous être handicapant au quotidien et c’est pour cela que nous sommes là pour répondre à VOS interrogations les plus personnelles. N’hésitez plus et posez-nous toutes vos questions: cartomanciens, voyants, mediums, astrologues éclairciront votre avenir. Envoyez-nous un simple e-mail et ce à n’importe quelle heure du jour et de la nuit pour nous parler de vos soucis amoureux, financiers, familiaux ou encore vos problèmes au travail. Les cartes et les astres nous révéleront votre avenir.

Les classifications standardisées, DSM et CIM[1], sont des outils pour l’épidémiologie et les domaines d’application de sa méthode. Elles répondent mal aux formes nouvelles de la clinique : les troubles de la personnalité, les états de souffrance, les troubles transnosographiques. En revanche, CIM et DSM conduisent des psychiatres à se dispenser de toute référence théorique. Cette confusion entre l’épidémiologie et la clinique soutient une lecture en termes de pathologie. Du coup, la représentation de la précarité et du dénuement est centrée soit sur le trouble de l’individu soit sur la victimisation sociale. Dans l’un et l’autre cas, la question des aménagements défensifs et de l’interaction avec l’environnement est esquivée.


« (...) La position de Freud, pour être conséquente, doit donc interpréter tous les phénomènes considérés en général comme fortuits, comme des produits du déterminisme psychique. Il n'est plus ici question du rêve ou du mot d'esprit, mais de la liste par définition indéfiniment ouverte des ratages qui attestent l'action d'un refoulement. » [http://pierrehenri.castel.free.fr/5conf1.htm#ZG].
La question de la scientificité de la psychanalyse est probablement la plus importante de toutes concernant le statut de cette théorie. Elle engage son histoire depuis les origines, les projets de son père fondateur, ainsi que ceux de ses disciples. Même si beaucoup de psychanalystes paraissent avoir renoncé au statut de scientificité justifiant que la psychanalyse est avant tout une « pratique » (thérapeutique) « qui se vit » avec une autre personne, il fut toujours l'objet de très vives polémiques, lesquelles sont encore prégnantes aujourd'hui étant donnés l'importance des enjeux socio-culturels. Si dans d'autres domaines scientifiques bien établis, certaines controverses sont achevées, la question de la scientificité de la théorie freudienne est sujette à d'incessants rebondissements.
« De façon étonnante, un grand nombre de disciples, en partie carrément fanatiques, se sont ralliés à présent à Freud et le suivent où qu'il les mène. Parler à ce propos d'une “école freudienne” serait en réalité complètement déplacé, dans la mesure où il n'est pas question de faits scientifiquement probables ou démontrables, mais d'articles de foi ; en vérité, si j'en excepte quelques têtes plus pondérées, il s'agit d'une communauté de croyants, d'une sorte de secte (eine Art von Sekte) avec toutes les caractéristiques qui s'y rapportent. […] Le mouvement freudien est en fait le retour, sous une forme moderne, d'une Medicina magica, une sorte d'enseignement secret (Geheimlehre) qui ne peut être pratiqué que par des devins qualifiés98. »
À propos de celui-ci, il déclare : « Dans les groupes où je suis psychiatre, c’est à moi, en vertu de ma position, qu’est conféré le droit d’établir les règles de procédure. J’en profite pour n’établir aucune règle et ne pas présenter d’ordre du jour. » Face à des soldats traumatisés par la guerre, Bion, contrairement à Foulkes (qui mènera des thérapies de groupe en parallèle dans le même hôpital), se centrera essentiellement sur le groupe, délaissant apparemment les névroses individuelles pour s’attaquer à la névrose de groupe (Brown, 1985), intronisée substitut de l’ennemi militaire, en quelque sorte, invitant donc les participants à explorer la pathologie sociale (Hinshelwood, 2009). Comme le résume Manie Sher, « Bion travaille constamment avec le paradoxe du groupe perturbé se traitant lui-même » (Sher, 2003, p.?131). Son attitude est souvent assimilée à celle d’un shaman, son travail, tel que le présente Eric Trist (qui l’a bien connu), étant uniquement centré sur le transfert (Pines, 2009, p. 10) et l’ici et maintenant, comme l’atteste la célèbre injonction « sans souvenir ni désir » (without memory or desire) qu’il s’adresse à lui-même (et que reprendront nombre de ses disciples) en tant que responsable et analyste de groupe. Voilà qui était de nature à désarçonner des participants habitués à une stricte hiérarchie et des règles précises. La faible clarté des objectifs poursuivis se faisait d’ailleurs sentir au sein de l’hôpital militaire de Northfield, où, à propos de l’expérience de réadaptation menée avec Rickman, tout le monde supposait que le « but était, soit de renvoyer les sujets sur le champ de bataille, soit, au contraire, d’aider tous ces tire-au-flanc à persévérer dans leur conduite », comme le note Bion lui-même (Bion, 1965, p. 41).
Très inspiré par Kurt Lewin, George Mead, Henri Lefebvre, Marx et Sartre, à côté de Freud et Melanie Klein, il conçoit le sujet comme pris dans un système d’interrelations dialectiques, un sujet qui serait le produit de l’interaction entre le monde interne (intrasystémique) et le monde extérieur (intersystémique). Le sujet sain serait alors celui qui a « une relation dialectique au milieu et non pas une relation passive, rigide et stéréotypée » (Jaitin, 2002, p.?147). Partant de la psychanalyse pour se diriger vers la psychologie sociale, il précise que cette discipline – la psychologie sociale –, si elle ne dépasse pas la seule étude des relations inter-personnelles en la rendant « directionnelle et significative », aura tendance à se scléroser et à perdre son sens. D’où la création de son Schéma conceptuel, référentiel et opératoire (SCRO [5][5] À propos du SCRO, Jaitin (2002, p.?167) précise :) orienté vers l’apprentissage au travers de la tâche et le développement de sa technique des groupes opératoires (« grupos operativos ») sur laquelle nous nous arrêterons ici.

L’intervention rapide de médecins psychiatres, de psychologues et d’infirmiers préalablement formés et intégrés aux unités d’aide médicale urgente (SAMU-SMUR) doit garantir une prise en charge immédiate et post-immédiate satisfaisante des victimes et permettre d’éviter l’installation des troubles de stress post-traumatique. Dans les vingt-quatre premières heures de l’événement, cette prise en charge médicale spécialisée, est indispensable pour aider la victime à penser de nouveaux repères. Dans une situation de type « catastrophe », le décès d’une ou plusieurs personnes peut précipiter les témoins et particulièrement les proches dans l’effroi et rendre cet événement potentiellement traumatique.
capacités psychiques varient et psychique lecteurs peuvent être médiums, voyants, clairvoyants ou simplement quelqu’un qui est capable de voir dans l’aura qui entoure la personne qu’ils lisent pour. La plupart des médiums ont étudié et pratiqué à leur domaine d’expertise afin d’aiguiser leurs capacités innées et l’une des façons d’utiliser leur don et atteindre de nouveaux clients est en offrant un psychique chat gratuit. Avec la plupart des gens ayant un accès facile à l’Internet ces jours-ci, ils trouvent un public plus large que jamais. L’objectif final de leurs lectures est d’être en mesure d’accorder à la personne qu’ils lisent, pour découvrir des informations sur ce qui se passe dans leur vie et qui et ce qui les entoure à l’époque. Il est une évaluation très personnelle, et souvent très spécifiques de la personne et de leur chemin.
13Ses réflexions amènent à des champs d’application et de réflexions contemporaines. Il a ainsi une considération sensible de la sensorialité des corps en présence qui s'énoncent par de l'infra verbal. Nous pensons aux thérapies avec des bébés, il fait notamment référence au fœtus, mais aussi à des somatisations non verbales. En effet, de manière implicite, il interroge la société dans son ensemble, les liens entre humains et la nécessité d’être avec d’autres pour se construire.
De son côté, Karl Popper insiste sur la nécessité, dans le processus de « la logique de la découverte scientifique », que les tests réalisés aient un caractère intersubjectif et reproductible de manière indépendante. Car sans ces deux conditions indispensables, estime Popper, un fait particulier qui comporte en lui-même la possibilité d'une réfutation peut très bien n'avoir qu'une valeur accidentelle ou « subjective ». De plus, Popper insiste pour que les faits contradictoires aient d'abord acquis auprès de la communauté scientifique, le statut d'« énoncés de base acceptés », avant d'être soumis à des tests. C'est-à-dire des faits dont les conséquences empiriques et logiques ainsi que leur caractère inédit soient unanimement reconnus, après discussion, par les scientifiques23. Selon Popper, les scientifiques doivent donc s'attacher à rechercher, de façon concertée et non isolée, les tests les plus sévères possibles, ce qui, selon Jean Laplanche ou J. Allan Hobson ne fut jamais le cas de Sigmund Freud.
Une fois que votre lecture est terminée, il est à vous de mettre les informations que vous avez acquise à utiliser. Pour tirer le meilleur parti de l’avantage de la lecture, vous devez continuer à interpréter et à se livrer à ce qui a été dit. Retournez-le dans votre esprit et le garder dans vos pensées et votre compréhension de la signification de celui-ci permettra d’approfondir.
Les critiques de Freud et de la psychanalyse furent jusqu'à aujourd'hui extrêmement nombreuses et variées. Il faut distinguer les critiques qui portent sur Freud lui-même (sa personnalité, son manque de rigueur supposé) de celles qui portent sur la psychanalyse, discipline dont les bases théoriques (dont le freudisme) ont amené à des écoles, des théorisations, des pratiques fort différentes, aujourd'hui, les unes des autres.
le porte-voix (Jaitin, 1994), encore appelé « mouchard » ou « poète-radar » : c’est un membre du groupe qui, à un moment donné, « dénonce » ce qui se passe dans le groupe, les anxiétés qui le traversent, articulant ainsi son fantasme inconscient avec la réalité qu’il perçoit. Le porte-voix de Pichon-Rivière est proche de la fonction phorique décrite par Kaës (1993) ;
Une des offrandes se trouve maintenant qu’il ya un plus large accès à l’internet est les salles de chat psychiques. Ces chambres sont des forums où une personne signe et peut alors participer aux discussions ou conversations, que les membres de chaque forum ont. Salles de chat ont des politiques différentes, mais en général ceux qui ont signé en tant que membres peuvent demander une lecture psychique après avoir satisfait aux exigences des directives du forum. Pour la plupart des salles de chat, cela consiste à participer à un certain nombre de discussions afin d’obtenir une adhésion complète. Une fois que leur adhésion est établie, ils sont alors en mesure de demander une lecture du lecteur ou des lecteurs impliqués dans le forum. Il est non seulement ceux qui désirent une lecture qui bénéficient de ces salles de chat, mais aussi ceux qui affûtent leurs propres capacités psychiques en donnant des lectures. Cette libre échange d’informations profite aux deux côtés de l’équation.
Le débat n’est pas académique mais politique, entre la responsabilité de l’individu et celle de la société. La psychiatrie, de plus en plus interrogée par les problèmes de société, a répondu avec ses outils avant de s’apercevoir qu’il lui fallait en inventer de nouveaux. Comme toute situation extrême, la précarité représente un analyseur de la démarche des disciplines qui tentent de la comprendre. La psychiatrie doit se saisir de cette opportunité.
2. Les ébranlements identitaires, dus à la permanente confrontation des idées, des positions et des valeurs, inévitable dans un vrai travail collectif. L’angoisse de morcellement (Anzieu, 1972) est là qui nous guette dès que nous associons écoute empathique et honnêteté intellectuelle. C’est alors, en effet, que l’on se trouve partagé, hésitant, voire inconsistant (car attiré après réflexion par une proposition que l’on rejetait quelque temps auparavant). L’attribution erronée de propos ou d’actions à des participants et les « faux » souvenirs témoignent de la confusion générée par les débats sur le plan psychique. D’où des défenses, inégalement réparties, contre ce titillement de notre noyau psychotique, qui peuvent prendre la forme d’un raidissement égocentrique, d’un appel groupal à une structure plus forte, à un leadership plus déterminé.
T-shirts sont une telle toile idéal que vous n'avez pas à vous limiter à seulement ces t-shirts qui ont des énonciations pré-imprimés sur eux. Choisissez-en une ligne drôle de la vie de la mariée et le marié, ou faire un peu de recherche pour trouver votre propre ligne de mariage drôle et le faire imprimer sur un T-shirt simple noir ou blanc ou une chemise de baseball noir ou blanc.
Your charisma has undoubtedly worked a wonder or two in your love life in the past, but your cheekiness could be captivating now. This could be helpful in lightening the mood between you and a love interest, especially if the idea of being more spontaneous holds much appeal. That big decision looming on the horizon? Let it loom for a bit longer. Spontaneity or a bit of sudden recklessness should be kept away from it for now. (The above reading is ARIES daily love horoscope)
×