Si donc il était possible de détenir une théorie permettant la réalisation de tels projets déterministes de prédiction, elle ne pourrait que trouver partout des confirmations de ce qu'elle dit, et jamais des réfutations, puisqu'il lui serait impossible d'échouer aussi faiblement que ce soit dans un quelconque projet de prédiction qu'elle pourrait tenter. Par conséquent, il serait totalement inutile d'avoir recours à la moindre expérience pour tenter de la corroborer puisque elle serait capable de contenir, à elle seule, tout le savoir ultérieur. Si l'on tient compte maintenant de l'affirmation de Freud selon laquelle, tous les individus, qu'ils soient névrosés ou normaux, sont soumis à la règle stricte d'un inconscient psychique lui-même fondé sur un déterminisme qui exclut tout hasard et tout non-sens, alors, effectivement, c'est dans l'histoire passée de chaque individu, que se trouveraient les causes strictes, et absolues, qui ne devraient rien au hasard, de tous ses comportements présents, ainsi que de toute son activité psychique. En paraphrasant Popper, (le présent) et le futur de toute personne serait donc implicite dans chaque instant de son passé. Comme l'affirmait aussi Freud, « le moi n'est pas le maître en sa maison ».
Malgré toutes ces critiques, les avis demeurent toujours sujets à controverse sur le problème de la scientificité de la doctrine freudienne, et des psychanalystes comme Daniel Widlöcher (ancien président de l'IPA), pensent même que rien ne s'oppose à ce que la psychanalyse soit la science de la subjectivité opérant dans son laboratoire : l'analyse des associations libres des patients.

Le modèle freudien des rêves n'est plus accepté par les différents courants scientifiques depuis 1916 quand Carl Gustav Jung publiait ses recherches sur les rêves108. La psychanalyse accorde pourtant une importance tout à fait centrale au rêve et à son interprétation, tant pour la justification de la théorie du refoulement inconscient (la « clé de voûte » de la psychanalyse, selon S. Freud) que pour la formation des analystes109.


2Le « lieu de l’inconscient », titre choisi pour la traduction, ne rend pas compte de l’ambition de l’auteur qui est de traiter la question de l’origine de la vie psychique. « Origines » est le titre en anglais, traduisant là l'inaccessible de l’éclaircissement d’un des mystères de l’homme et donc de sa nécessaire mise en question. Cet ouvrage reprend ses travaux précédents1 et les ouvre à la psychanalyse anglaise. L’auteur, qui s’inscrit dans un courant de pensée de la philosophie analytique, dans la lignée d’auteurs comme Freud, Jung ou même Lacan, avait démontré la validité de l'inconscient freudien par une approche philosophique. Ici il l'ouvre à une approche radicalement processuelle du psychisme. Le sujet ne se pense pas sans un autre qui le fonde. L’auteur s’intéresse ainsi à ce qui est au fondement, à la genèse de l’humanité.

Les travaux sociologiques d’Ehrenberg sur le rôle de la psychiatrisation de la souffrance et des discours qui l’accompagnent et ceux du psychiatre psychanalyste Castel semblent a priori appartenir au même champ de recherche, celui de l’histoire des savoirs et des pratiques autour de la psyché. Mais bien que les deux auteurs soient membres du même centre de recherches et contrairement à ce qu’une lecture trop rapide des quatrièmes de couverture des deux ouvrages pourrait laisser croire, La société du malaise et L’esprit malade représentent des démarches fort différentes. C’est pourquoi j’aborderai les ouvrages séparément dans un premier temps, et discuterai ensuite de quelques questions qu’ils suscitent.
Dans une conférence de presse, l’évêque d’Orléans Mgr Jacques Blaquart, est revenu sur le suicide d’un prêtre de son diocèse le 19 octobre dans son presbytère, à Gien (Loiret). Le procureur de Montargis Loïc Abrial a confirmé qu’une enquête préliminaire pour « suspicion d’agression sexuel... Dans une conférence de presse, l’évêque d’Orléans Mgr Jacques Blaquart, est revenu sur le suicide d’un prêtre de son diocèse le 19 octobre dans son presbytère, à Gien (Loiret). Le procureur de Montar... Lire la suite
« C'est à celui qui n'a pas approfondi la nature du langage que l'expérience d'association sur les nombres pourra démontrer d'emblée ce qu'il est essentiel ici de saisir, à savoir la puissance combinatoire qui en agence les équivoques, et pour y reconnaître le ressort propre à l'inconscient. En effet, si des nombres obtenus par coupure dans la suite des chiffres du nombre choisi, de leur mariage par toutes les opérations de l'arithmétique, voire de la division répétée du nombre originel par l'un des nombres scissipares, les nombres résultants s'avèrent symbolisant entre tous dans l'histoire propre du sujet, c'est qu'ils étaient déjà latents au choix où ils ont pris leur départ ». (In : J. Lacan, Ecrits, Paris, Seuil, 1966, p. 269.).

La maladie psychique continue de faire peur, au même titre que ceux qui en souffrent. Destigmatiser la bipolarité, la schizophrénie, la dépression sévère ou les TOC, telle est l'ambition du collectif d'associations « Les couleurs de l'accompagnement ». À Paris, il est soutenu par la Ville ainsi que par Clubhouse France qui propose, à Paris 19, un espace d'accueil pour les personnes avec handicap psychique où l'on encourage leur accès ou leur retour à une vie sociale et professionnelle (article en lien ci-dessous). La maladie psychique se situe au 3e rang des maladies les plus fréquentes, après le cancer et les maladies cardiovasculaires. Sans distinction d'âge, de sexe ou de milieu social, les troubles et/ou épisodes de souffrance psychiques nous concernent donc tous. La plupart du temps, ils constituent la première cause d'invalidité et d'arrêts de longue durée. Leurs répercussions sont très importantes : précarité, exclusion, conduites à risques, repli sur soi, l'isolement pouvant aller jusqu'à l'exclusion, la vie à la rue et le suicide. Des maladies pas comme les autres mais qui, comme les autres, sont des maladies !


17L'équipe du SMPR de Toulouse a réalisé une étude comparative de la population pénale de la maison d'arrêt et du centre de détention proche20. À la maison d'arrêt et de Toulouse, Gallet et al retrouvaient en 1998-99, 17 psychotiques chroniques représentant 3,5 % des détenus. Sur le plan diagnostique il s'agissait de schizophrènes dans trois cas sur quatre, et de paranoïaques pour le quart restant. Dans 46 % des cas, ces détenus avaient des antécédents psychiatriques. 66 % étaient incarcérés pour la première fois et il faut surtout noter que, dans 31 % des cas, les délits été révélateurs de la psychose. Dans 23 % des cas, le diagnostic de psychose été porté pour la première fois. L'étude réalisée à la même époque au CD de Muret retrouvait 4,6 % des détenus présentant une psychose chronique. Dans trois cas sur quatre il s'agissait de schizophrénie et pour le quart restant de psychose paranoïaque. 38 % des détenus présentaient des antécédents psychiatriques. Dans 63 % des cas, il s'agissait de la première incarcération. Pour les schizophrènes il s'agissait dans 80 % des cas du meurtre d'un proche. Il est important de noter que sur cette population pénale de moyennes et longues peines, dans 51 % des cas, le délit révèle la psychose (il s'agissait d'un meurtre dans 55 % des cas, et de viols dans 27 % des cas). Pour 82 % de ces détenus malades, il s'agissait de la première incarcération et dans 36 % des cas, l'acte été commis sur un proche.

34C’est une des raisons pour lesquelles ministère de la Justice et ministère de la Santé ont prévu de créer des unités hospitalières accueillant des détenus malades, les UHSA (Unités Hospitalières Spécialement Aménagées) qui devraient être implantées dans les hôpitaux psychiatriques selon le même procédé que les UHSI pour les pathologies médicales : unités interrégionales de soins aux détenus malades mentaux soignés par un personnel hospitalier volontaire de l'hôpital psychiatrique et surveillé par des pénitentiaires. Ces UHSA devraient compléter les unités pour malades difficiles qui répondent mal aux besoins des établissements pénitentiaires du fait de leur longue liste d'attente. En plus de Sarreguemines, Villejuif, Cadillac, et Montfavet, une nouvelle UMD doit être implantée à Plouguernevel en Bretagne.
Ce courant, comme la psychiatrie, a trouvé préférable, au début des années 1980, de se référer pour le diagnostic à des classifications descriptives unificatrices, pouvant également servir de base à des travaux scientifiques qualifiés de qualité. Ainsi le concept de névrose a été remplacé par d'autres catégories diagnostiques, comme celles des troubles anxieux et des troubles de l'adaptation dans les dernières classifications internationales (CIM-10 et DSM-IV).
Selon un rapport de l'IPA (International Psychoanalytical Association)79, concernant la fréquence de moyenne de citation de l’International Journal of Psychoanalysis et du journal de l’Association psychanalytique américaine dans le « Social Science Citation Index », on montre un déclin des citations par d'autres journaux. Ce qui signifierait que la psychanalyse se développerait en « ignorant les contributions contemporaines ».

1) Dans le premier cas, comme nous l’avons déjà exprimé, l’arrivée d’un nouveau-né dans une famille déclenche un ensemble de pulsions d’ordre centripète qui investit l’objet nouveau afin que chacun puisse s’y reconnaître. Il y a une sorte de condensation qui intensifie les liens transpsychiques à travers des phénomènes d’incorporation. La famille fait corps en se rétractant autour d’un des siens.

1. En premier lieu, l’espoir et le plaisir liés à la coopération. Sans aller jusqu’au postulat de Pagès (1973) d’un lien positif immédiat dans tout groupe et d’un projet autogestionnaire inconscient, il faut bien reconnaître le désir constant de la réduction des tensions, d’une harmonie, d’un synchronisme émotionnel (Avron,?1996), d’une convivialité et d’une réussite collective d’un projet, même si une telle attente (qui n’a rien de messianique) se heurte aux inévitables vicissitudes du travail en groupe et aux affects parfois ambivalents qui les accompagnent. Sur ce plan-là, j’ai toujours été frappé par la faible mobilisation (sans parler des réactions d’envie à peine inconscientes…) de certains analystes de groupes face à ces moments de plaisir, de réussite du travail, comme si de tels moments étaient suspects, alors que leur reconnaissance et leur exploration devraient être dignes d’une pulsion épistémophilique plus bienveillante.
La naissance convoque un regroupement familial afin de venir témoigner de la réalité d’un nouveau venu. Ce dernier vient déstabiliser l’homéostasie du groupe, car il représente d’une part, malgré toute la technologie médicale, un risque de mort et de souffrance pour la mère ou pour lui-même, si l’accouchement se passe mal?; et d’autre part il met en exergue l’existence des absents et des ruptures fréquentes de relations dans les familles «?décomposées et recomposées?».

La pratique de divination consiste à rechercher des informations en se concentrant sur une surface translucide ou réfléchissante. Les surfaces les plus couramment utilisés pour ce type de divination sont l’eau, des miroirs, des cristaux, le feu ou la fumée, mais scrying peut être fait sur toute surface lisse qui est réfléchissante. Beaucoup de ceux qui SCRY utiliser une boule de cristal pour deviner l’information qu’ils recherchent. Ce type de divination se trouve dans de nombreuses cultures à travers le monde.
L’épistémologie de Popper précise que les objets d’une recherche, quels qu’ils soient, ne peuvent être observés, décrits, ou prédits que sur la base de termes et d’énoncés universels a priori, dont ils dépendent pour formuler des hypothèses ; que ce sont toujours eux qu’il faut tester, et que logiquement, seuls les tests indépendants et dont la valeur intersubjective peut-être contrôlée par d’autres chercheurs peuvent acquérir une valeur scientifique. Il ne pourrait donc y avoir de « science du subjectif » sans devoir recourir à des méthodes « objectives » pour son « objectivation scientifique ».
Le débat sur la psychanalyse s'est exacerbé dans les années 1980, à partir de la parution en 1984 du livre de Jeffrey Masson, Le Réel escamoté10. Selon cet auteur, Freud aurait minimisé voire négligé les viols dont auraient été victimes certaines de ses patientes. La polémique s'est intensifiée pendant les dix années suivantes. La polémique fut si intense que le Congrès américain décida en 1995 du report d'une exposition consacrée à Freud sous la pression d'historiens, d'idéologues et d'épistémologues11. Ce groupe de Freud scholars comprend des chercheurs et des polémistes issus d'horizons différents et qui appliquent à la psychanalyse des critiques historiques, épistémologiques et thérapeutiques.
De plus en plus d'analyses et de recherches publiées à orientations historiques et épistémologiques mais aussi thérapeutiques92, remettent en question les résultats et la validité des méthodes employées par Freud, ses effets thérapeutiques, mais aussi, la probité scientifique et morale de celui-ci. Selon Mahony, « Dora », aurait été traumatisée deux fois : par son agresseur, puis par son thérapeute (Freud) :
Nous pouvons comprendre pourquoi le bébé devient l’objet narcissique privilégié des parents et des familles, pourquoi les familles tiennent à rassembler tous leurs membres durant certaines réunions et cérémonies rituelles afin d’évaluer leur esprit de famille, et pourquoi elles se cherchent un lieu bien défini et investi pour pouvoir être contenues?; c’est-à-dire la maison (Eiguer A., 1983, 2004). Le corps familial prend appui sur le groupe des corps individuels, c’est dans leur réunification favorisée par des moments régressifs qu’il se régénère. Selon beaucoup d’auteurs, le fond psychique est souvent défini d’une nature groupale et syncrétique, les parties non-Moi du Moi de J.?Bleger (1979), comme les noyaux agglutinés de Donald Meltzer (1975), les noyaux psychotiques de W. Bion (1962) ou encore les groupes internes de René Kaës (1993). Le fonds syncrétique de la psyché se construit simultanément sur le substrat pulsionnel individuel mais aussi dans le lien intersubjectif de la mère soutenue et contenue elle-même par l’enveloppe groupale du corps familial.
Étude sur les représentations des PPSMJ par les professionnels. L’apport de la psychologie sociale pour une meilleure prise en charge des personnes placées sous main de justice (PPSMJ)Étude sur les représentations des PPSMJ par les professionnels. L’apport de la psychologie sociale pour une meilleure prise en charge des personnes placées sous main de justice (PPSMJ)
Nous utilisons également les « plug-ins sociaux », à savoir des compléments pour navigateur axés sur les réseaux sociaux, y compris, plus spécifiquement, le bouton « Share » de Facebook. Le site web « facebook.com » est exploité par Facebook Inc., 1601 S. California Ave, Palo Alto, CA 94304, USA. Les plug-ins portent habituellement le logo de Facebook. Outre celui de Facebook, nous utilisons également des compléments de Twitter (fournisseur : Twitter, Inc., 1355 Market St, Suite 900, San Francisco, CA 94103, USA), Pinterest (fournisseur : Pinterest Inc., 808 Brannan Street, San Francisco, CA 94103, USA (si vous êtes situés aux États-Unis), Pinterest Europe Ltd., Palmerston House, 2nd Floor, Fenian Street, Dublin 2, Ireland (si vous êtes situés en-dehors des États-Unis)), Instagram (1 Hacker Way, Menlo Park, CA 94025, USA) et GooglePlus (fournisseur : Google).
Commençons par le déterminisme prima faciae et absolu (celui de Freud en est l'exemple type). Il signifierait ceci : « notre connaissance apriori de l'objet est absolue et exclut toute forme de hasard. Par conséquent elle exclut, apriori tout risque d'être contredite par les faits, y compris ceux du hasard. Nous n'avons donc pas besoin de tests ultérieurs pour augmenter notre connaissance laquelle sera donc toujours confirmée par les faits ». D'où peut-être, la célèbre réponse de Freud à Saul Rosenzweig : « la profusion d'observations fiables sur lesquelles reposent ces assertions psychanalytiques les rendent indépendantes de toute vérification expérimentale ». (Lettre de Freud à Rosenzweig). On trouve un autre exemple illustratif chez Henri Atlan. Il écrit dans son livre « La science est-elle inhumaine » : « Dès que l'on peut prédire un événement futur par une loi, cet événement existe en quelque sorte déjà dans la connaissance qu'on en a et le futur d'apportera rien de plus ». Cette forme de déterminisme est la plus radicale, elle correspond à ce que Popper nomme « déterminisme scientifique » dans son livre « L'univers irrésolu, plaidoyer pour l'indéterminisme », et, comme il le démontre, elle n'est absolument d'aucune utilité pour la science, puisqu'elle ne peut donner lieu à la réussite d'aucun projet de prédiction, d'explication ou de description qui soit falsifiable. Il nous paraît indiscutable que la psychanalyse toute entière s'inscrit indissociablement dans cette forme de déterminisme, selon les propres termes de Freud, et qu'elle n'est donc qu'un apriorisme.
Cette dernière forme de déterminisme que nous identifions pourrait dire ceci : « les tests que nous venons d'effectuer nous renseignent sur les déterminants de notre objet de recherche. Mais comme tous les tests sont relatifs et ne peuvent être absolus, et comme toute loi universelle est logiquement réfutable, il nous faudra de nouveaux tests pour nous approcher, au mieux, de la vérité certaine sans jamais pouvoir l'atteindre ». En somme ce déterminisme représente, ni plus ni moins que les résultats fournis par les tests scientifiques. Concrètement, il représente donc l'ensemble des occurrences logiquement interdites par une théorie, ou, pour reprendre la terminologie de Popper, l'ensemble des énoncés de base ou « falsificateurs virtuels » de la théorie. Bien sûr, l'œuvre de Popper illustre bien cette forme de déterminisme. Cette ultime version du déterminisme est indispensable pour la science, parce que la science doit produire des résultats, c'est-à-dire qu'elle doit aussi réussir à corroborer des théories. Ces résultats sont avant tout, et in fine, des classifications, lesquelles dépendent des lois universelles corroborées à l'issue de tests. Puisque les classifications qui permettent de discriminer les objets et les phénomènes dépendent de lois universelles, elles ne peuvent être que relatives et non définitives ou absolues. Freud n'a jamais corroboré la moindre classification scientifique des phénomènes qu'il a étudiés. Si son déterminisme lui permet justement d'appréhender apriori, les « associations libres », c'est donc que ces associations ne peuvent être classifiées. Il est donc permis d'en tirer logiquement tout ce que l'on veut.
Rechercher les journaux locaux pour les entreprises psychiques. Envisager d'appliquer uniquement aux entreprises qui ont des numéros sans frais pour les clients de faire appel. Ces entreprises sont généralement de bonne réputation, grande et bien établie. Avec des numéros sans frais, ils ne essaient pas de garder le client sur le téléphone plus longtemps que nécessaire.
Il y a des fois des situations qui surviennent dans la vie d’un homme qui peuvent laisser penser l’influence de forces occultes dont l’objectif est de mettre en difficulté les personnes victimes. Dans certaines cultures, on trouve la solution auprès d’un marabout qui justement s’occupe à redonner confiance, santé et même prospérité à ceux qui sollicitent ses services. Les aléas de la vie peuvent contribuer à vous rendre démuni, parfois ce sont les ennuis divers qui vous démotivent, et c’est à ce niveau que le marabout devient incontournable.

12Néanmoins nous interrogeons le parti pris par l'auteur de ne faire que peu de références à la clinique de psychanalyste. Peu d’illustrations de son travail, de la mise en application de sa théorie. Nous pensons que cela répond à un engagement de l'auteur de se démarquer de la démarche scientifique de Freud qui étayait sa théorie, entre autre, par des cas d'analysés. L'auteur quant à lui veut démontrer la validité d'une rhétorique philosophique de la psychanalyse. Sa rigueur stylistique soutient son souhait d’une réhabilitation de l'analyse formelle de la psychanalyse. Il laisse ensuite au lecteur le soin de s'approprier le contenu en fonction de sa propre expérience. Néanmoins, comment penser une mise en pratique de cette théorie qui ne soit pas application scolaire mais appropriation ? Comment comprendre ces réflexions au regard d'une technique qui est, ne l'oublions pas, la confrontation la plus féconde de la théorie ? Les auteurs psychanalystes sur lesquels s'appuie l'auteur procèdent d'une dialectisation entre matériel clinique et conceptualisation. Bion a travaillé à partir de groupes de travail, d’analyses d’adultes. Klein d’analyses d’enfants. Quelle est la clinique de l’auteur et comment chemine-t-il avec ses théories en tant que praticien ? Cela reste inconnu du lecteur. Cela est d'autant plus surprenant que l'auteur amène un point de vue original sur la clinique et sur le positionnement, dans le transfert, de l'analyste.
Your horoscope is the mirror to your life’s past, present and future. It helps decipher challenges, unlock opportunities and unravel mysteries that is blocking your way to success and peace. These horoscopes prepared by India’s finest and learned Astrologers ensures honest all-round guidance on a daily, weekly, monthly and yearly basis. Know your Horoscope to be aware of the cosmic alignments in store for you.
×