La démarche exposée dans l’ouvrage se veut comparative. Il s’agit de profiter des différences qu’offrent les individualismes américain et français, qui ont des conceptions contrastées de l’autonomie. L’enjeu pour lui est d’aborder autrement le mythe de l’affaiblissement du lien social. L’auteur utilise ses sources comme autant de « récits » mettant en scène une inquiétude propre aux sociétés démocratiques et permettant de mettre en lumière le contraste de ces deux variantes de l’individualisme. Au niveau sociologique, l’intérêt n’est pas la mise en évidence d’une vérité, mais plutôt l’analyse des succès et insuccès de ces récits. Au niveau épistémologique, Ehrenberg critique ces descriptions individualistes « qui restent prisonnières d’une psychologie collective qu’elles reproduisent au lieu de la mettre à distance » (Ehrenberg 2010, p. 25). Et pour l’auteur, la question posée par les pathologies narcissiques appartient aux sujets qui fâchent : l’individualisme est-il un poison qui tue l’individu et la société ? Ehrenberg cherche dans ce livre à montrer que la croyance dans une montée de l’individualisme qui engendre un affaiblissement du lien social est un « trait naturel de la démocratie qui répond à des nécessités pratiques et non à un mal qui la détruit inexorablement. » (Ehrenberg 2010, p. 26). Il rejoint sur ce point l’analyse qu’Alexis de Tocqueville avait faite au 19e siècle1.
Un déterminisme aprioriste (prima faciae ou avant tout test ou tout recours à l'expérience) et un déterminisme après-coup (post faciae ou après tout test ou recours à l'expérience). En quoi consistent-ils ? Que peuvent-ils signifier, concrètement, pour un usage scientifique (ou non) ? Que « disent-ils » ? Nous considérons que le déterminisme prima faciae dit ceci : « cet objet qui se présente directement sous nos yeux, est déterminé par telle(s) cause(s) ». On affirme donc une connaissance apriori de l'objet. Mais, en reprenant la célèbre formule de Kant (« nous ne connaissons apriori des choses que ce que nous y mettons nous-mêmes »), nous nous rendons compte que les tests sont nécessaires, ainsi que le démontra Karl Popper, critique de l'apriorisme kantien. Ceci nous amène logiquement à définir le déterminisme post faciae (après-coup) qui nous dit donc ceci : « après les tests que nous venons d'effectuer, nous constatons que cet objet est déterminé par telle(s) loi(s) universelle(s) corroborée(s), que nous supposions, prima faciae, mais que nous venons de mettre à l'épreuve ».

Une des choses les plus importantes que les voyants avertissent avant de donner une lecture des clairvoyants est la tendance des individus à venir avec les fausses attentes. Une idée fausse commune est que les clairvoyants peuvent vous donner une image claire de votre avenir. Voyance vous diront que cela est faux, car une lecture psychique clairvoyant ne peut que vous aider à faire des choix qui seront déterminants pour votre avenir, ne vous donnera pas un coup d'oeil dedans. En fin de compte, c'est l'individu qui fait le choix, qui détermine quel genre d'avenir qui est en magasin pour lui. Médiums expérimentés mettent également en garde au sujet de faire des lectures clairvoyant sur vous-même, car cela porte un manque partiel de l'objectivité de votre part, surtout si vous êtes fortement investi dans le résultat. Même si vous reconnaissez que vous avez ce don, il est important de demander l'assistance d'une autre personne plus objective.


Jean-Pierre Vernant a dénoncé l'anachronisme et les contre-sens de la lecture psychanalytique du mythe d'Œdipe, en particulier tel qu'il est retravaillé dans la tragédie grecque. Cette fiction exploratoire qui sonde les fondements sociaux, religieux et politiques de la société grecque au moment de sa démocratisation à partir du vie siècle av. J.-C. Ce mythe ne constitue en aucun cas une illustration d'un drame psychologique individuel et familial.

Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions ; d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques. En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence.


Nous possédons tous des facultés psychiques et spirituelles à l'état latent (intuition, clairvoyance, télépathie, médiumnité, vision de l'aura, voyage astral, magnétisme, radiesthésie...) qui ne demandent qu'à être révélées.Dans ce livre pratique et accessible, l'auteur fait le point sur vos différents potentiels. Grâce à des exercices adaptés, vous apprendrez p... >Voir plus
2. Les ébranlements identitaires, dus à la permanente confrontation des idées, des positions et des valeurs, inévitable dans un vrai travail collectif. L’angoisse de morcellement (Anzieu, 1972) est là qui nous guette dès que nous associons écoute empathique et honnêteté intellectuelle. C’est alors, en effet, que l’on se trouve partagé, hésitant, voire inconsistant (car attiré après réflexion par une proposition que l’on rejetait quelque temps auparavant). L’attribution erronée de propos ou d’actions à des participants et les « faux » souvenirs témoignent de la confusion générée par les débats sur le plan psychique. D’où des défenses, inégalement réparties, contre ce titillement de notre noyau psychotique, qui peuvent prendre la forme d’un raidissement égocentrique, d’un appel groupal à une structure plus forte, à un leadership plus déterminé.
Le travail des voyants a été grandement amélioré ces jours à la suite de l'amélioration des méthodes et moyens de communication. Il est de notoriété publique que dans les derniers voyants donnaient des consultations principalement   à travers  leurs différents foyers et maisons, mais les tendances dans le développement de la science et de la technologie ont fait  changé les choses.
Vient ensuite la fameuse position de Freud vis-à-vis des nombres et des mots isolés. Comme on le constatera, ces éléments se révèlent dans la position freudienne, comme tout à fait centraux et déterminants. En effet, l'interprétation sur les nombres et les mots isolés était considérée par Freud comme exempte de l'accusation selon laquelle il pourrait suggérer les réponses à ses patients dans le sens de ses théories. Trois citations fondamentales :
T-shirts sont une telle toile idéal que vous n'avez pas à vous limiter à seulement ces t-shirts qui ont des énonciations pré-imprimés sur eux. Choisissez-en une ligne drôle de la vie de la mariée et le marié, ou faire un peu de recherche pour trouver votre propre ligne de mariage drôle et le faire imprimer sur un T-shirt simple noir ou blanc ou une chemise de baseball noir ou blanc.

La place du corporel dans le groupe familial est tellement omni-présente qu’il est difficile d’y réfléchir. Comme tout ce qui semble aller de soi, la pensée glisse sur le ressenti d’un vécu intuitif que nous sommes tous faits de « la même pâte humaine » selon Paul-Claude Racamier (1980), mais surtout qu’un sentiment de connu, de familier tisse entre des membres d’une famille des liens psychiques inaliénables. Ce que nous appelons simplement « les liens de sang » s’appuie sur cette certitude imaginaire que les individus d’une même famille partagent le même corps biologique originel. Le soma se pose comme une base primordiale et intangible de la construction identitaire d’un groupe familial ; comme l’illustre bien l’expression avoir « un air de famille ». La reconnaissance des liens s’appuie sur le corps apparent par certains détails physiques partagés avec les autres de la famille. Cela fonde une croyance basée sur la pulsion scopique, qui met en valeur l’image spéculaire, comme référence fondatrice de l’imago d’un grand corps commun fédérateur des singularités de la famille. Nous verrons qu’une dissonance entre l’apparence du sujet et celle du groupe familial peut être source de problèmes d’attachement et de reconnaissance. Nous nous interrogerons, à propos de quelles modalités le corps familial peut-il se transmettre et quels en sont les effets positifs ou négatifs sur le sujet.

Frank Cioffi, professeur à l’Université de Princeton, s’oppose aux arguments conjugués de Karl Popper et d’Adolf Grünbaum. Selon lui, d’une part, l’histoire des sciences regorge d’exemples de scientifiques qui n’ont pas été découragés par d’apparentes infirmations de leurs théories (rejoignant ainsi le point de vue d’Imre Lakatos, selon lequel un programme de recherche scientifique se développerait toujours dans un « océan d’anomalies »41), et d’autre part, il évoque l’exemple de l’astrologie attirant toujours autant d’adeptes en dépit du fait qu’elle aurait été « mille fois réfutée »42. En conséquence, le seul critère de scientificité valide, selon Cioffi, serait « la mauvaise foi – le silence observé sur les réfutations, l’invocation de confirmations imaginaires, la manipulation des données, voire le mensonge pur et simple »42. Pour Cioffi, la psychanalyse est donc une pseudo-science, « parce que c’est une théorie de mauvaise foi » laquelle ferait des psychanalystes des « acrobates de la pensée ne tenant aucun compte des réfutations éclatantes qui leur sont opposées », cette mauvaise foi n’étant « le symptôme que d’un cynisme prêt à tout justifier pour préserver la cause »43.
En tous les cas, il sentit bien que son approche thérapeutique ne procurait pas nécessairement de bienfait au regard du « fonctionnement » des individus à la guerre ou au travail (Sher, 2003, p.?113) [4][4] Si l’on en croit les études de suivi thérapeutique.... C’est pourquoi Bion fut particulièrement surpris de l’audience recueillie par sa démarche au-delà du domaine thérapeutique. Interrompant sa recherche sur les groupes et son travail auprès d’eux un peu plus de deux ans seulement après leur mise en forme, « il fut laissé aux autres la transformation des méthodes de Bion et le fait de les centrer davantage sur les relations de travail » (ibid., p. 45).

La psychométrie est un don surnaturel bien connu. Pyschometry est souvent désigné comme «objet de lecture». Grâce à cette capacité, un individu doué peut ramasser certaines vibrations (appelées résidus énergétiques restes de la personne à qui elle appartenait) sur un objet. Un médium peut percevoir des informations sur un lieu, une personne ou un événement en touchant un objet associé à cette personne, un lieu ou un événement à travers une vision de sentir qu'ils obtiennent une fois qu'ils touchent le produit.
Un marabout possède des dons de voyance, qui lui permettent de faire des prédictions sur l’avenir de ses clients. Il joue également le rôle de conseiller. Un bon marabout lit votre avenir sans mentir et sans se tromper. Lorsque vous évoluez dans le monde professionnel, votre marabout vous sert de garde-fou pour éviter des échecs dans le cadre professionnel, pour réussir sa vie sentimentale ou repartir pour une nouvelle relation amoureuse.

Nous ne traitons pas vos données personnelles pendant une durée plus longue que strictement nécessaire. Si vous n’achetez ou n’utilisez pas les services et/ou produits pendant une durée de douze mois, nous cesserons de traiter vos données et nous effacerons vos données personnelles, sauf dans le cas où la loi applicable autorise ou requiert la conservation de données pour une durée plus longue.
Malgré toutes ces critiques, les avis demeurent toujours sujets à controverse sur le problème de la scientificité de la doctrine freudienne, et des psychanalystes comme Daniel Widlöcher (ancien président de l'IPA), pensent même que rien ne s'oppose à ce que la psychanalyse soit la science de la subjectivité opérant dans son laboratoire : l'analyse des associations libres des patients.

L’analyste de groupe Dennis Brown (1985, p. 79-80) résume ainsi, avec une sévérité discutable, la critique qu’il adresse à Bion : « Ses conclusions pourraient bien provenir des conditions qu’il avait imposées, en particulier son style caractérisé par la distance et la provocation des frustrations, privilégiant les aspects malsains, psychotiques et dépersonnalisés du fonctionnement d’un groupe », allant même jusqu’à considérer ses hypothèses de base peu pertinentes au sein des groupes thérapeutiques. Selon lui, « ce sont des phénomènes courants dans les situations hostiles à un dialogue libre et ouvert » telles qu’on peut les rencontrer dans les groupements à caractère rigide. De plus, Bion opérerait une séparation trop nette entre le conscient et l’inconscient, l’individu et le groupe car, « dans un groupe, les membres peuvent, à des niveaux divers de conscience et de régression, selon leurs besoins et leurs préoccupations, résonner face aux événements » (Bion, 1965, p.?79).
Lectura psicoanalítica del cuerpo familiarEl autor define la noción de cuerpo familiar a partir de un estudio del cuerpo, sobre el cual puede apoyarse un proceso específicamente grupal. El impacto del vínculo corporal en la familia da la certeza necesaria a toda construcción de la identidad del grupo y de sus miembros. Expone luego los aspectos proteiformes del cuerpo familiar, según las etapas evolutivas de la célula familiar. Aborda la imagen inconsciente familiar según modalidades específicas a la terapia familiar ; el dibujo libre del árbol genealógico y de la casa imaginaria.
24S’agissant du faible pourcentage de dossiers d’irresponsabilité par rapport au volume des dossiers traités par les tribunaux de grande instance ou par les cours d’assises, il convient d’être très prudent dans l’exploitation des chiffres en prenant en compte la taille réduite de l’échantillon par rapport au nombre total de dossiers gérés par la justice pénale, de la présentation au parquet, jusqu’au jugement.
— La dimension dynamique du corps familial peut s’envisager au travers de la rythmicité et de sa mouvance figurative. C’est-à-dire selon les variations et les déformations de son enveloppe groupale. Nous pouvons évoquer la capacité de résilience ou de mémoire de forme de base du corps groupal lorsque les familles subissent des accidents ou des traumatismes dans la vie, et sont suffisamment fonctionnelles pour arriver à résister à l’hémorragie ou à l’éclatement. La résistance et la souplesse du «?moi-peau?» familial (Anzieu D., 1985), ainsi que les capacités de sublimation de l’appareil psychique groupal, ont évité que le contenu psychique se perde à l’extérieur. D’un point de vue dynamique, nous pouvons envisager le corps familial comme une structure de liens psychiques, qui serait dynamisée par une conflictualité entre des forces centrifuges et centripètes. Ainsi l’enveloppe familiale subit des variations de configuration selon les conflits. Nous en donnerons rapidement quelques exemples autour de la perte d’homéostasie de la cellule famille : à l’arrivée d’un bébé et la prise d’indépendance de l’adolescent.
Sesam Limited vous remercie de consulter notre site voyance-ange-guardien.com (le « site web ») et de l’intérêt que vous portez à nos produits et nos services. Nous respectons votre vie privée et nous voulons que vous vous sentiez à l’aise lorsque vous vous rendez sur notre site internet. Sesam Limited reconnaît le besoin de prévoir une protection et une gestion adéquates des données à caractère personnel recueillies. Ce document reprend en toute clarté et facilité la liste de vos données personnelles qui sont recueillies par notre site internet et l’utilisation qu’il en sera faite. Vous trouverez également des informations essentielles quant à vos droits sur le partage, la transmission, la modification ou la suppression de vos données personnelles. Veuillez lire ce document attentivement afin de comprendre pleinement l’étendue de notre politique de confidentialité. Cette politique de confidentialité est soumise à toutes les lois et à tous les règlements locaux applicables.
Malgré une offre importante d'actions et de prestations en santé mentale partout en Suisse, l'information est dispersée et difficile d'accès. Offrir des informations de base dans ce domaine et faciliter l'orientation vers les prestations existantes est une des mesures prioritaires identifiées dans le rapport de l'Office fédéral de la santé publique «Santé psychique en Suisse: état des lieux et champs d'action» de mai 2015.
L’épistémologie de Popper précise que les objets d’une recherche, quels qu’ils soient, ne peuvent être observés, décrits, ou prédits que sur la base de termes et d’énoncés universels a priori, dont ils dépendent pour formuler des hypothèses ; que ce sont toujours eux qu’il faut tester, et que logiquement, seuls les tests indépendants et dont la valeur intersubjective peut-être contrôlée par d’autres chercheurs peuvent acquérir une valeur scientifique. Il ne pourrait donc y avoir de « science du subjectif » sans devoir recourir à des méthodes « objectives » pour son « objectivation scientifique ».

41Pour autant un piège restera à éviter avec une vigilance continue, celui de réduire tous troubles du comportement et tout passage à l’acte criminel au seul déterminisme psychologique ou psychiatrique et de n’entrevoir de réponse que soignante. L’augmentation des attentes de la société vis-à-vis de la psychiatrie est préoccupante et nous faut être vigilants à ne pas tomber dans une psychiatrisation de tout comportement dans une société qui, du fait de son organisation et de son évolution, est de plus en plus dure et violente vis-à-vis des siens. Deux tentations très fortes sont à éviter soigneusement28 : Assimiler les crimes les plus horribles à des crimes de malades mentaux, mais aussi penser que la psychiatrie puisse soigner et protéger de toute récidive les sujets atteints de troubles de la personnalité en rapport direct avec une précarisation qui se développe.

11Les idées de l’auteur rejoignent, à leur façon, certaines conceptions neuroscientifiques5 (les travaux sur l'empathie entre autres), qui considèrent l’esprit comme étant toujours en construction et ne pouvant se développer sans l’autre, sans ce que l’autre suscite en soi. Son chapitre introductif le signale, dialectisant « esprit et cerveau », soma et psyché.
« (...) La position de Freud, pour être conséquente, doit donc interpréter tous les phénomènes considérés en général comme fortuits, comme des produits du déterminisme psychique. Il n'est plus ici question du rêve ou du mot d'esprit, mais de la liste par définition indéfiniment ouverte des ratages qui attestent l'action d'un refoulement. » [http://pierrehenri.castel.free.fr/5conf1.htm#ZG].
En réalité, et selon des historiens critiques de Freud, comme Robert Wilcocks, l'analyse de la correspondance entre Freud et son ami Fliess, à cette époque, démontre de façon claire, « que ce célèbre « rêve de l'injection faite à Irma » n'a jamais pu se dérouler comme Freud le laissait entendre dans « Die Traumdeutung ». Ce « rêve » n'est qu'une invention rhétorique de Freud pour « persuader » son public viennois de la validité de ses curieuses méthodes nouvelles »65.
Nous utilisons également des cookies publicitaires en vue de recueillir certaines informations de nature démographique et relatives à l’utilisation en vue d’améliorer les services. Plus spécifiquement, nous utilisons les fonctionnalités suivantes de Google Analytics Advertising : « Google Analytics Demographics » et « Interest Reporting » ; il s’agit de services intégrés qui s’appuient sur Google Analytics pour recueillir des données par le biais de cookies publicitaires et d’identificateurs anonymes.
L’email est peut-être la méthode la plus pratique de communiquer avec un médium. Ça exige seulement le temps nécessaire pour taper vos questions et c’est incroyablement privé, ce qui est important si vous êtes gêné par votre question ou en communiquant avec un médium. C’est aussi une méthode efficace de clairvoyance ; Dixit un professionnel « vous pourriez être sur une île isolée, quelque part dans l’herbe un petit refuge, alors que je suis froid au sommet du Mont Everest. Notre séparation physique ne veut rien dire plus que cela : la séparation physique. L’étude scientifique de la physique quantique prouve que nous SOMMES connectés au niveau moléculaire. » (Source) Lorsque vous engagez des services psychiques, vous devez toujours vous rappeler que vous utilisez un service spirituel et l’esprit n’est pas lié par des limitations physiques.
8La responsabilité pénale en droit pénal européen a connu toute une évolution des théories classiques, à l’école positiviste puis néo-classique avant d’éclairer l’imputabilité et la culpabilité par les positions de la défense sociale nouvelle. Le droit classique se retrouve dans le Code pénal français de 1791 puis de 1810 comme dans le Code bavarois de 1813. Il fait le postulat du libre arbitre qui est le pré-supposé de toute incrimination. La responsabilité dans le Code pénal de 1810 est objective et calculée d’après la nature de l’infraction et non d’après la personnalité de son auteur5. Le Code pénal de 1810 stipule dans son article 64 qu’il n’y a ni crime ni délit lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l’action. Dans cette approche, comme le rappellent Merle et Vitu6, la folie est assimilée avec certitude à une maladie mentale aliénante de l’esprit, exclusive du discernement et de la liberté de décision. La conséquence en est l’irresponsabilité du dément. Il est fondamental de rapprocher cette formulation de l’article 64 de la promulgation de la loi du 30 juin 1838 qui prévoit l’internement des malades mentaux, éventuellement sous le régime du placement d’office dans un asile d’aliéné. Les députés concevaient le rapport entre troubles psychiques et réponses pénales de façon dichotomique : responsables-incarcérés et irresponsables-internés. Plus que cela et dans cette logique, la loi de 1838 ne prévoit aucune mesure spéciale pour les conditions d’internement de l’aliéné délinquant, qui subi donc les mêmes conditions d’hospitalisation que l’aliéné non délinquant.

En effet, pour comprendre le cheminement de Pierre-Henri Castel, il faut croire avec lui en l’existence des pathologies psychiques qui ne semblent pas avoir seulement des valeurs d’usage, contrairement au postulat de Wittgenstein qu’il cite : « le sens des concepts, c’est l’usage » (Castel 2009, p. 9). L’intérêt que peut présenter une discussion sur ce que pourrait être le trouble générateur de la psychose n’apparaît que si on estime que le terme psychose recouvre une entité « vraie », dont on ne peut peut-être pas définir les contours, malgré le « fait » que ceux-ci existent. Cette posture présente l’avantage de ne pas se poser trop de questions sur les normes et le concept de pathologie, de pouvoir défendre les bénéfices à tirer de l’approche naturaliste pour la psychiatrie sans questionner la pratique psychiatrique d’attribution systématique d’un diagnostic et d’écrire sur l’esprit malade sans discuter une quelconque définition de l’esprit ou de la maladie.
Commençons par le déterminisme prima faciae et absolu (celui de Freud en est l'exemple type). Il signifierait ceci : « notre connaissance apriori de l'objet est absolue et exclut toute forme de hasard. Par conséquent elle exclut, apriori tout risque d'être contredite par les faits, y compris ceux du hasard. Nous n'avons donc pas besoin de tests ultérieurs pour augmenter notre connaissance laquelle sera donc toujours confirmée par les faits ». D'où peut-être, la célèbre réponse de Freud à Saul Rosenzweig : « la profusion d'observations fiables sur lesquelles reposent ces assertions psychanalytiques les rendent indépendantes de toute vérification expérimentale ». (Lettre de Freud à Rosenzweig). On trouve un autre exemple illustratif chez Henri Atlan. Il écrit dans son livre « La science est-elle inhumaine » : « Dès que l'on peut prédire un événement futur par une loi, cet événement existe en quelque sorte déjà dans la connaissance qu'on en a et le futur d'apportera rien de plus ». Cette forme de déterminisme est la plus radicale, elle correspond à ce que Popper nomme « déterminisme scientifique » dans son livre « L'univers irrésolu, plaidoyer pour l'indéterminisme », et, comme il le démontre, elle n'est absolument d'aucune utilité pour la science, puisqu'elle ne peut donner lieu à la réussite d'aucun projet de prédiction, d'explication ou de description qui soit falsifiable. Il nous paraît indiscutable que la psychanalyse toute entière s'inscrit indissociablement dans cette forme de déterminisme, selon les propres termes de Freud, et qu'elle n'est donc qu'un apriorisme.

1) Dans le premier cas, comme nous l’avons déjà exprimé, l’arrivée d’un nouveau-né dans une famille déclenche un ensemble de pulsions d’ordre centripète qui investit l’objet nouveau afin que chacun puisse s’y reconnaître. Il y a une sorte de condensation qui intensifie les liens transpsychiques à travers des phénomènes d’incorporation. La famille fait corps en se rétractant autour d’un des siens.


« La conversation qui constitue le traitement analytique ne supporte pas d'auditeurs ; elle ne se prête pas à la démonstration. […] Vous ne pourrez donc pas assister en auditeurs à un traitement psychanalytique. Vous pouvez seulement en entendre parler et, au sens le plus rigoureux du mot, vous ne pourrez connaître la psychanalyse que par ouï-dire. […] Tout dépend, en grande partie, du degré de confiance que vous inspire celui qui vous renseigne. »
Cependant, et malgré les critiques qui ont été faites à Freud sur son déterminisme, et sa croyance en la numérologie (bien illustrée dans le fait que les nombres isolés sont pour lui « les meilleurs exemples » du déterminisme psychique absolu), on trouve une persistance de telles croyances encore aujourd'hui chez certains psychanalystes. Voir par exemple le projet de ces deux psychanalystes voulant démontrer que « l'inconscient peut calculer la date de naissance », ici [2], en voici également, l'hypothèse centrale :
Le déterminisme post faciae et absolu pourrait signifier ce qui suit : « Les recherches que nous venons d'effectuer démontrent que nous venons d'achever notre quête de la vérité certaine sur la connaissance de cet objet. Nous sommes donc sûrs et certains des lois qui déterminent le comportement de cet objet, lesquelles excluent toute forme de hasard donc d'imprécision possible dans la mesure ». Nous citerons encore une fois Henri Atlan pour illustrer cette version du déterminisme post faciae et absolu : « (...), en ce sens, la biologie semble achever cette conquête du déterminisme absolu et, par conséquent, éliminer complètement la réalité de notre expérience de libre choix efficiente ». Cette forme de déterminisme est logiquement impossible à atteindre, contrairement à ce que croit Henri Atlan. Parce que les théories scientifiques sont obligatoirement des énoncés universels au sens strict, donc des énoncés toujours potentiellement réfutables, donc incertains et imparfaitement déterminés. Popper, en distinguant formellement la Vérité certaine, et la Vérité relative, identifiant cette dernière à la corroboration, ou aux degrés de corroboration des théories scientifiques (donc à leurs degrés de falsifiabilité) a bien montré que les scientifiques avaient toujours besoin d'une idée métaphysique de la Vérité certaine, car ce qui pousse les hommes à toujours imaginer de nouveaux tests, c'est justement cette insatisfaction permanente, logique et naturelle, en face de l'imperfection et la faillibilité logique de tous les résultats authentiquement scientifiques. Mais les théories scientifiques sont « fausses » si on les compare à la Vérité certaine. Les théories scientifiques qui se présentent comme « vraies » par rapport à cette vérité, parce qu'elles seraient soutenues par un déterminisme strict, ne sont pas scientifiques, et n'ont donc aucun pouvoir d'explication sur le monde. Les hommes doivent donc se contenter de la corroboration, qui n'est que le degré d'assujettissement de leurs théories universelles à des tests. Freud n'a jamais échafaudé le moindre test qui respecte strictement toutes les exigences de la logique de la découverte scientifique, même si certains déclarent dernièrement que Freud aurait soi-disant été « plus poppérien que Popper » (Laplanche).
Signalons d’emblée une ambiguïté dans la position de Bion face à ces hypothèses de base. D’un côté il affirme que l’une ou l’autre d’entre elles est toujours sous-jacente au niveau de la tâche (considérée comme rationnelle) mais, par ailleurs, il tient à préciser que « ce n’est que lorsqu’un groupe commence à agir selon une hypothèse de base que les difficultés surgissent » et qu’il est « beaucoup plus susceptible d’être submergé par les hypothèses de base lorsqu’il n’est pas structuré » (Bion, 1965, p.?91). Une question ne manque donc pas de se poser : les hypothèses de base constituent-elles l’inévitable fonds commun de tous les groupes ou dépendent-elles du cadre dans lequel les groupes évoluent ?

This day is meant for taking some time out from your busy schedule, and seeking some fun and relaxation. So says Ganesha. It is possible that you will be getting together with your friends and family members for a fun-filled evening followed by a great dinner and a late night movie. The strong urge to eat hot, spicy and delicious dishes is surely going to get the better of you. So go ahead and have fun.
×