Si les débordements comportementaux des plus jeunes inquiètent les adultes (c’est le motif de consultation le plus fréquent en pédo-psychiatrie), ils ne correspondent pas forcément un trouble du comportement en tant que tel. Et s’il existe des réponses thérapeutiques, elles ne sont pas univoques, et elles peuvent être proposées en dehors de la reconnaissance d’un trouble du comportement.
« La dépression se manifeste par une humeur triste, une perte d’intérêt pour toute activité et une baisse de l’énergie. Les autres symptômes sont une diminution de l’estime de soi et de la confiance en soi, une culpabilité injustifiée, des idées de mort et de suicide, des difficultés à se concentrer, des troubles du sommeil et une perte d’appétit. La dépression peut aussi s’accompagner de symptômes somatiques. », OMS, 2001.
5. L’anxiété de statut, plus particulièrement à l’œuvre chez les responsables (Zaleznik, 1966). Elle est susceptible de se manifester à tout moment pour tout un chacun. Les groupes de travail sont ainsi l’occasion (souvent douloureuse) de découvrir que son propre point de vue peut avoir moins de poids que celui d’un collègue dont l’argumentation, loin d’être plus éclairante au sein des débats, se trouve valorisée en raison de l’image, du rang ou de l’aura dont dispose cette personne.
Les critiques de Freud et de la psychanalyse furent jusqu'à aujourd'hui extrêmement nombreuses et variées. Il faut distinguer les critiques qui portent sur Freud lui-même (sa personnalité, son manque de rigueur supposé) de celles qui portent sur la psychanalyse, discipline dont les bases théoriques (dont le freudisme) ont amené à des écoles, des théorisations, des pratiques fort différentes, aujourd'hui, les unes des autres.

9. Enfin dans le même esprit, deux modalités défensives liées à l’organisation du travail : la sur-structuration et la sous-structuration de l’organisation du travail (Amado, 1999). La sur-structuration se manifesterait par une centralisation excessive du leadership, le respect scrupuleux de l’ordre du jour, des consignes, des échéances temporelles, l’organisation rigoureuse des prises de parole, la crainte des dérives et de la pensée associative. La pensée opératoire prendrait le pas sur la compréhension des phénomènes de groupe, sur la tolérance à la complexité. La sur-structuration représenterait, au fond, une protection contre la conflictualité, l’émotionnel, une lutte contre le chaos pulsionnel sans cesse redouté, une défense contre les anxiétés psychotiques. À l’inverse, la sous-structuration de l’organisation du travail prendrait la forme d’une ouverture, une tolérance et une sorte d’autogestion exacerbée peu respectueuses des contraintes imposées par la réalité (du travail, de la mission, de l’organisation, des délais). Les compromis, le consensus, l’exploration des tensions interpersonnelles en vue d’une meilleure harmonie, la sensibilité au vécu émotionnel prendraient ici une place centrale au nom d’une idéologie égalitariste que rien ne semblerait pouvoir faire vaciller. Cette sous-structuration représenterait en fait une défense contre l’influence, l’expertise et la différenciation nécessaires à l’accomplissement de la tâche opérationnelle. Ces deux modalités défensives – que l’on pourrait tout aussi bien opposer en parlant de surinvestissement de l’objet-tâche d’un côté et de surinvestissement de l’objet-groupe de l’autre – sont en fait étroitement liées. Elles constituent les deux réponses extrêmes à l’inévitable tension entre le désir d’action, de réalisation, d’efficacité d’un côté, et la préservation de l’intégrité psychique, le respect d’autrui, le plaisir de former un groupe de l’autre.
Les marxistes, à part quelques exceptions notables comme Trotsky90, considéraient la psychanalyse comme une science bourgeoise. L’association psychanalytique russe a existé au début des années 1920 et s'est éteinte dans les années 1930 car la représentation conceptuelle freudienne du sujet clivé était incompatible avec le marxisme91. Toutefois, il y eut un courant intellectuel désigné sous le nom de freudo-marxisme dont les principaux représentants ont été les psychanalystes de la gauche freudienne : d'Otto Fenichel à Wilhelm Reich, ainsi qu'Erich Fromm et Herbert Marcuse. Mais c'est en France, que s'effectua avec le plus de richesse la jonction entre l'idéal communiste et l'idée d'une subversion freudienne, avec le mouvement surréaliste et le double projet de révolution du langage et de la réalité. Freud manifesta toujours une hostilité, sinon au marxisme, du moins au communisme et surtout aux freudo-marxistes et aux surréalistes. Louis Althusser, en 1964, inaugura une refonte du marxisme, à partir d'une lecture largement inspirée des thèses freudiennesn 7.

Bien sûr, d’autres fantasmes non avouables seront présents, se référant au pacte dénégatif défini par René Kaës (1993). Ces éléments en négatifs (et pas forcément négatifs) viendront se déposer malgré la censure familiale (André-Fustier F., Aubertel F., 1991) dans la psyché de l’enfant. Ce dernier en ressentira peut-être les effets lorsque son psychisme sera plus tard en relation avec un vécu corporel marqué d’hétérogénéité ou d’étrangeté comme l’a bien souligné Gisela Pankow (1977) dans ses thérapies d’adultes psychotiques.
Ces points mettent en question la validité universelle de ce concept psychanalytique. Claude Lévi-Strauss montre qu'une majorité des groupes humains pratiquent une forme d'exogamie, en s'appuyant sur des interdits souvent puissants. Ainsi le complexe d'Œdipe serait davantage à comprendre comme un concept social que biologique (« N'épouse pas ta sœur » signifiant alors « Donne ta sœur à une autre famille pour faire alliance avec elle »), ce que parfois Freud laisse pensern 5.[évasif]
L’autonomie, sa valeur et ses représentations particulières se voient constituées dans et par les pratiques, notamment celles qui nous intéressent ici, à savoir les psychothérapies. Ce qui est rendu nécessaire par le travail d’Ehrenberg, c’est une critique de l’individualisme de certaines approches thérapeutiques, comme la psychanalyse. L’étude des conceptions des êtres humains qui sont façonnées par les thérapeutes et leurs théories est nécessaire pour rendre compte de l’autonomie qui nous est attribuée, théoriquement et pratiquement.

« (...) Timpanaro soutient avec raison que, dans le cas de Freud, les convictions déterministes invoquées, comme il se doit, au niveau de la « science abstraite « n'empêchent pas par elles-mêmes les explications causales détaillées qui sont proposées pour des cas particuliers de relever, somme toute, beaucoup moins de la science proprement dite que de la « magie concrète. »


Freud propose une explication spéculative exclusivement psychologique (non organique) des névroses et des psychoses, qu'il ancre, tout comme le développement psychique général, dans le développement de la sexualité infantile et de ses éventuels conflits : les symptômes névrotiques deviennent ainsi l'expression (symbolique) de conflits inconscients. Non seulement cette action symbolique présumée ôte toute signification aux symptômes mais jette aussi les bases d'une exégèse délestée de la réalité, retrouvant ainsi toujours la théorie dans les faits.[réf. nécessaire]

This day is meant for taking some time out from your busy schedule, and seeking some fun and relaxation. So says Ganesha. It is possible that you will be getting together with your friends and family members for a fun-filled evening followed by a great dinner and a late night movie. The strong urge to eat hot, spicy and delicious dishes is surely going to get the better of you. So go ahead and have fun.
×