L’un des premiers problèmes surgissant est l’absence d’une discussion du concept d’autonomie, non seulement de manière générale, mais en particulier sa présence dans les théories psychanalytiques étudiées et dans la pratique qui s’en réclame. Car il ne nous est pas proposé uniquement une analyse des discours sur l’individualisme, puisque l’auteur démontre un réel intérêt à établir que l’inquiétude décrite est intrinsèque à la démocratie. L’auteur fait l’hypothèse que la psychothérapie d’orientation analytique joue un rôle dans l’instillation de cette peur, tout en cherchant à y répondre. On peut voir dans l’enquête d’Ehrenberg des différences majeures dans les objectifs que se donnent les thérapeutes américains par rapport à leurs homologues français. On peut interpréter le contraste ainsi : les premiers ressentent le besoin de guider les individus en cure à renforcer leur self reliance et une certaine autonomie, avec le projet de leur permettre une participation démocratique à la société, pour les seconds l’heure est plutôt à la dénonciation d’une situation où les individus se trouvent contraints par un discours hétéronome astreignant chacune et chacun à la réalisation de soi par soi-même. Ces démarches ne situent et ne conçoivent pas les ressources de la même façon. L’individu américain possèderait des ressources qu’il ne parvient pas toujours à mobiliser et le rôle du thérapeute est de l’aider à les percevoir, tandis qu’en France, peu de capacité d’action étant concédée aux individus, l’injonction à l’autonomie deviendrait mensongère et tromperait les personnes en les chargeant d’une responsabilité qui ne leur reviendrait pas. La capacité d’action serait « à l’extérieur de l’individu », dans les institutions, souvent réduites à l’État. On voit que l’on retrouve ici une perspective individualiste, opposant l’individu à la société. Ehrenberg semble cependant accepter comme un fait l’idée que la démarche psychothérapeutique serait ce qu’elle dit d’elle-même, c’est-à-dire un programme démocratique.
Live services cost £1.50 per min. These calls may be subject to the addition of your telephone company’s network access charge. Calls paid by debit/credit card cost £1.50 per min. Live Text cost £1.50 each plus your standard network rate and you will receive a maximum of 2 messages back. *The 29p per minute offer is only available to new customers paying by credit/debit card. A new customer is defined as a new customer of Stream Live Ltd or any associated partner such as Express Newspapers. The offer is not available on calls paid on your phone bill. Your first ten minutes will be billed at 29p per minute thereafter you will pay the standard rate of £1.50 per minute. To opt out from receiving marketing material please contact 0800 0673 330. Callers must be 18 or over to use this service and have the bill payer’s permission. For entertainment purposes only. All calls are recorded. Phone-Paid Services Authority regulated. SP: Stream Live Ltd, SE1 1JA, 0800 0673 330.
×