12Tous les pays industrialisés ont connu depuis les années 1960 un important au courant de désinstitutionalisation psychiatrique visant à promouvoir une psychiatrique ambulatoire en fermant les hôpitaux-asiles. Il en est ainsi des Etats-Unis où la désinstitutionalisation a été majeure, tout comme en Italie où les hôpitaux psychiatriques ont été fermés. Il faut noter que si la France, comme tous les pays occidentaux, s'est engagée depuis la libération dans un courant de désinstitutionalisation, elle a mis en place et maintenu un dispositif de soins psychiatriques publics de secteur qui organise dans chaque département des secteurs de psychiatrie générale et de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent en apportant des soins au plus près des besoins des malades mentaux. En dépit de la période de pénurie préoccupante en psychiatres et en soignants que connaît actuellement l'hôpital public français, la psychiatrie de secteur a dans l'ensemble maintenu sur tout le territoire national ce dispositif de soins que nombre de pays industrialisés nous envient. Depuis la loi de 1994, les secteurs de psychiatrie générale interviennent dans les établissements pénitentiaires de leur ressort géographique en complément de l'action des SMPR, secteurs médico-psychologiques régionaux implantés au nombre de deux à trois par région pénitentiaire et proposant des soins de jour, para-hospitaliers, dans un quartier spécialisé de l'établissement pénitentiaire de leur implantation15.
21Le nombre des psychotiques chroniques incarcérées a été imputé par la presse nationale et spécialisée à la diminution des irresponsabilités pénales prononcées par les experts en application de l’article 122-1 alinéa 1 du code pénal. Si la diminution des irresponsabilités pénales est particulièrement nette en un quart de siècle en prenant par exemple comme référence l’évolution entre 1975 et 2004, il convient par contre de nuancer cette affirmation pour ce qui concerne l’évolution de ces 10 à 15 dernières années.
de son absence de falsifiabilité (elle n'est pas « réfutable » au sens où l'entendait Karl Popper dans la Logique de la découverte scientifique (1934), en d'autres termes la psychanalyse est toujours « vraie » dans sa logique interne, peut réinterpréter toute nouvelle donnée et son contraire sans remettre en cause la théorie. Il n'existe pas de données que la théorie ne peut pas interpréter a posteriori. La théorie peut donc survivre même quand les faits semblent la démentir grâce à l'usage de notions comme l'ambivalence, la résistance, la dénégation…). Sans juger ici de l'existence de Dieu, on peut faire une analogie avec le principe « les voies du Seigneur sont impénétrables », qui entraîne l'impossibilité logique pour un fait de contredire l'existence de Dieu. Cet aspect implique sa non-scientificité (ce qui ne veut pas dire sa fausseté) dans le chef de Popper (Grünbaum, malgré sa critique de la psychanalyse, affirme qu'elle n'est pas irréfutable dans le sens de Popper22), pour lequel une théorie scientifique doit se confronter à l'expérience, et donc pouvoir être mise à mal par cette dernière (les théories scientifiques les plus abouties étant d'après lui celles qui permettent logiquement, a priori, le plus de remises en cause par l'expérience, mais qui dans les faits, a posteriori, n'est pas remise en cause par l'expérience)23,24,25 ;
Une boule de crystal – Il n’importe pas si vous êtes à court d’argent, ou ne voulez juste pas dépenser un montant énorme d’argent. Le besoin de lectures psychiques gratuites ou au moins peu coûteuses est compréhensible. Heureusement, il y a plusieurs façons de gagner plus de clarté, gratuitement. En fin de compte, VOUS devez décider quel chemin vous voulez prendre. Mais pour l’instant, permettez-moi de vous prendre par la main et vous montrer vos options !
La santé mentale serait devenue le langage contemporain dans une société organisée en référence à la valeur d’autonomie. Ehrenberg avance qu’« au changements des rapports entre l’agent et l’action qu’est l’autonomie, correspond un changement des rapports entre le patient et la passion qu’est le nouveau statut de la souffrance psychique » (Ehrenberg 2010, p. 17). Sa thèse fait de la santé mentale un moyen communicationnel rendant possible de parler et d’agir sur les questions posées par l’autonomie. La santé mentale appartiendrait ainsi à la vie collective et contribuerait à la cohésion sociale en donnant sens à ce qui arrive. Ehrenberg soutient que cette situation est permise par la nature de la pathologie mentale. En effet, ses manifestations affectent la subjectivité, la personnalité, l’intériorité : « c’est-à-dire ce que les sociétés démocratiques posent comme essence de l’humain. C’est donc la vie de relation qui est concernée par ces pathologies » (Ehrenberg 2010, p. 18).
Ce livre n’hésite pas à prendre à rebrousse-poil les grandes tendances qui dominent les recherches […]. Je vise les approches dites « naturalistes » en psychiatrie [la psychopathologie cognitive en est le cas central, qui fonde les maladies mentales dans des dysfonctionnements du cerveau des individus] et les approches dites « constructionnistes » [qui se résument en pratique à une théorie du contrôle social via la médicalisation des troubles mentaux, y compris dans ce qu’ils ont de plus subjectif]. Comment ce livre entend s’extraire de ce faux débat, et pourquoi il le juge faux et égarant, c’est ce qu’on va découvrir (Castel 2009, p. 8-9).

De telles critiques ne rendent sans doute pas compte d’une œuvre considérable et d’une approche des groupes plus complète que celle présentée ici (Fabris, 2007 ; 2012). En particulier, la démarche dialectique de Pichon-Rivière entre le sujet et son environnement, la recherche systématique de l’infrastructure inconsciente des idéologies mise en œuvre dans les interactions au sein du groupe, l’analyse systématique des contradictions peuvent être d’un grand intérêt pour la compréhension du fonctionnement des groupes de travail. À condition, nous semble-t-il, que cette recherche n’inhibe pas les forces créatives en germe.
Au-delà de ces considérations, il semble bien, comme nous l’avons signalé ci-dessus, que le travail peut jouer, dans les groupes de formation et/ou d’intervention, le rôle de « médiat » – au sens de médiation. Or, comme le précise Kaës (2004, p.?14), « la médiation permet au sujet d’explorer sans s’y perdre l’espace interne puis l’espace commun et partagé ». En soulignant l’absence de danger (« sans s’y perdre ») de tels groupes à médiation, Kaës laisse bien entendre l’aspect structurant (défensif, disent certains) du médiat, sa fonction transitionnelle pourrait-on dire aussi (Amado et Ambrose, 2002 ; Amado et Vansina, 2005) susceptible de favoriser, parallèlement à l’exploration et à la réalisation de l’activité, un travail psychique « sécurisé », en quelque sorte. Car, en échangeant autour du travail, on parle de bien d’autre chose au fond, dont on est à moitié dupe parfois, et l’on comprend bien des choses aussi, sur soi-même, sur les autres et sur notre forme de présence au monde et d’action sur celui-ci.

Certaines personnes ont peur de se faire arnaquer — après tout, vous ne pouvez pas vraiment prouver que quelqu’un est un médium ? Tout d’abord, lorsque vous payez pour les services de toute entreprise, il y a toujours le risque de se faire arnaquer. Les mécaniciens arnaquent les gens, les entreprises facturent des frais cachés pour des choses ridicules, les médecins prescrivent des médicaments dont vous n’avez pas besoin, votre blind date pourrait être un maniaque homicide avec une collection de têtes humaines dans son congélateur, et les professeurs de l’université recommanderont des livres qu’ils ont écrit, même si ce n’est pas vraiment nécessaire pour le programme du cours. Les médiums ne sont pas si différents. Bien sûr, il va y avoir certains escrocs, mais c’est un risque que tout le monde prend. Quant à ceux qui doutent de la capacité, ils marquent un point — il n’y a aucun moyen de prouver de façon concluante, scientifique que les pouvoirs psychiques existent. Les services spirituels, qu’ils viennent d’un clairvoyant ou d’un personnage religieux, tous ont besoin d’un acte de foi. La plupart des médiums ont des témoignages d’anciens clients disponibles afin que les clients potentiels puissent enquêter sur la légitimité de leurs services. Et, bien sûr, vous pouvez toujours faire des recherches supplémentaires sur Internet et Rechercher des clients provenant de parties tierces.
Les prémices de la formation du corps familial en tant que représentation contenante et délimitante se feraient à l’apparition d’un moi-peau qui recouvre le noyau syncrétique de la cellule familiale pour lui donner un lieu dans l’espace, afin que les projections psychiques d’origine extra-territoriale à chaque sujet puissent venir s’y déposer et s’y inscrire sous forme de traces pictographiques, notion définie par Piera Aulagnier (1975). Ces éléments seront nécessaires aux protopensées d’une psyché originaire du groupe familial. Car c’est par le bombardement psychique venu des psychés singulières, mais aussi de la psyché groupale (comprise comme création de l’interfantasmatisation), que le corporel deviendra vivant. Je l’entends dans le sens de Françoise Dolto (1984), lorsqu’elle parlait de la «?vivance du somatique?», c’est-à-dire d’exprimer une subjectivation par le biais d’états émotionnels, de réactions comportementales ou de conduites sous-tendues par un désir inconscient. C’est parce que les éprouvés corporels sont ressentis par les autres en écho, en résonance mimétique, qu’il y aura, par contagion psychique, des états d’être au monde semblables. Chaque bébé reçoit un héritage projectif originaire, sorte de fonds commun inconscient d’ordre familial déposé en lui. De cette toile de fond ressortira une première esquisse de représentation corporelle du soi, qui est donc de nature groupale, pour plus tard permettre qu’un moi corporel spécifique à l’individu puisse advenir. La façon dont ce dernier vivra son corps sera déterminée d’abord par le vécu des autres qui induisent une manière d’être touché, puis une façon d’être regardé spécifique à la famille. Certaines parties corporelles seront privilégiées ou interdites selon les croyances de la mythologie familiale et de sa culture sociale.
Sesam Limited utilise une technologie de traçabilité permettant à des cookies ou à des tags de recueillir des informations telles que mentionnées ci-dessus (voir « Quelles sont les données recueillies » et « Comment partageons-nous vos données personnelles ») et de comprendre la manière dont les visiteurs utilisent le site internet voyance-ange-guardien.com. Cette technologie de traçabilité nous aide à gérer et à améliorer la facilité d’utilisation du site internet voyance-ange-guardien.com, par exemple en déterminant s’il y a eu un contact entre l’adresse IP de votre ordinateur et nous par le passé et en identifiant les sections les plus visitées du site internet voyance-ange-guardien.com. Concrètement, le serveur voyance-ange-guardien.com envoie des informations à votre ordinateur, téléphone portable ou autre appareil électronique, qui sont enregistrées sur votre disque dur. L’adresse IP de votre ordinateur ou de l’autre appareil concerné est utilisée pour identifier les visites sur le site voyance-ange-guardien.com depuis votre ordinateur ou l’autre appareil concerné, enregistrer vos habitudes de navigation et optimiser le temps de téléchargement des pages.
Pour Ehrenberg, les souffrances dites psychosociales sont rassemblées sous le terme « malaise » par des discours critiquant la société contemporaine comme moins sociale, plus « individualiste ». L’auteur propose de prendre en compte cette peur comme un « trait » de nos sociétés, mais de la dépasser dans une démarche de sociologie de l’individualisme. Pour lui, ces critiques sont précisément individualistes. Il différencie un travail sur les individus, c’est-à-dire une « sociologie des individus », d’une « sociologie individualiste » qui ne parvient à concevoir l’individu que dans un antagonisme qui l’oppose à la société. Et il rappelle que le personnel n’est pas le psychologique, ni le privé et que « ce n’est pas parce que la vie humaine apparaît plus personnelle aujourd’hui qu’elle est moins sociale, moins politique ou moins institutionnelle. Elle l’est autrement » (Ehrenberg 2010, p. 15). Il critique ainsi la confusion qui règne selon lui dans les sciences sociales sur les règles gouvernant dans toute société la part de l’impersonnel et du personnel : « Il n’y a du personnel et du subjectif que parce qu’il y a d’abord un monde de significations impersonnelles cohérentes sans lesquelles la subjectivité serait tout simplement inarticulable » (Ehrenberg 2010, pp. 15-16). La première hypothèse de l’auteur est ainsi que ce à quoi nous assistons n’est donc pas la croissance d’un pôle « individu » versus un pôle « société » mais des transformations dans les règles sociales et l’esprit des institutions avec l’apparition de nouveaux idéaux de l’action, qui donnent une valeur nouvelle à l’autonomie.
↑ Intervention de Jacques Lacan à Bruxelles [archive], Quarto (Supplément belge à La lettre mensuelle de l’École de la cause freudienne), 1981, n° 2, ou Le Nouvel Observateur, « La leçon de Lacan ; extraits d”une conférence prononcée à Bruxelles le 26 février 1977 », n° 880, sept. 1981, p. 88. Le 15 mars 1977, Lacan adoucissait quelque peu ses propos.
Au-delà de ces considérations, il semble bien, comme nous l’avons signalé ci-dessus, que le travail peut jouer, dans les groupes de formation et/ou d’intervention, le rôle de « médiat » – au sens de médiation. Or, comme le précise Kaës (2004, p.?14), « la médiation permet au sujet d’explorer sans s’y perdre l’espace interne puis l’espace commun et partagé ». En soulignant l’absence de danger (« sans s’y perdre ») de tels groupes à médiation, Kaës laisse bien entendre l’aspect structurant (défensif, disent certains) du médiat, sa fonction transitionnelle pourrait-on dire aussi (Amado et Ambrose, 2002 ; Amado et Vansina, 2005) susceptible de favoriser, parallèlement à l’exploration et à la réalisation de l’activité, un travail psychique « sécurisé », en quelque sorte. Car, en échangeant autour du travail, on parle de bien d’autre chose au fond, dont on est à moitié dupe parfois, et l’on comprend bien des choses aussi, sur soi-même, sur les autres et sur notre forme de présence au monde et d’action sur celui-ci.
18Benoit Dauver retrouve sur le CD de Caen, où il est étudie une population de 400 détenus, sensiblement les mêmes chiffres pour ce qui concerne les psychoses chroniques très légèrement supérieures à 4 %21. Dans l'évaluation des SMPR réalisée par la DRESS en 2001, sur 1100 sujets il est retrouvé 50 % de « troubles psychiatriques », mais en notant bien que les symptômes les plus fréquents sont l'anxiété les troubles anxiodépressifs et les troubles de l'adaptation. Dans cette étude, il était rapporté que 40 % des détenus avaient des antécédents.

« Ainsi, à l’inverse de formes variées de thérapies cognitives et d’autres psychothérapies, pour lesquelles des preuves objectives et irréfutables existent maintenant – à la fois en tant que thérapies isolées ou en tant qu'additions au traitement pharmacologique – il n'y pas de preuve irréfutable, à part des impressions subjectives, que la psychanalyse est meilleure que la thérapie non analytique ou le placebo. »
3Le champ d’étude porte sur les origines de la pensée, la genèse du psychisme, les « abysses ». Ce terme, « l’abysse », sujet de sa recherche, est un concept théorique. Pour l’auteur, l’abysse reprend les travaux de Nietzche sur l’être le néant et les articule avec la métapsychologie freudienne. Le Ça freudien serait le lieu inconscient source des pulsions. L’auteur cherche à le définir et le nomme abysse. Pour l’auteur, l’abysse renvoie à la fois à une représentation spatiale mais aussi temporelle. Lieu des origines, il est par essence inconnaissable dans son entièreté car sans limites, de même que pour l’auteur, le psychisme a des ressources illimitées mais des systèmes d’organisation que l’on peut étudier. L'abysse serait donc ce lieu inatteignable, une fiction philosophique de l'origine de la pensée. Le champ d’étude des processus psychiques de l’auteur se situe précocement, avant l’apparition du langage, aux prémisses de la conscience de soi. La thèse principale de l’auteur étant que, dès l’origine, il y a un autre par qui la conscience de soi se met en place. Or, il va démontrer ce qu’est un autre dans ces moments très précoces alors que le sujet est dominé par la sensorialité. Pour l’auteur, le sujet se construit dans un mouvement dialectique de lui vers l’autre qui s’adapte au niveau du psychisme de ce sujet. C’est un processus dialectique : de mouvements préréflexifs (pareils, différents, intérieur, extérieur) vers des mouvements plus larges.
La précarité résulte de la perte d’une ou plusieurs des sécurités essentielles. L’aspect déficitaire n’est toutefois pas suffisant pour rendre compte du processus qui s’installe et qui conduit l’individu ou le groupe familial à ne plus pouvoir reprendre pied par lui-même. La souffrance psychique est-elle parfois à l’origine de ce processus ou en est-elle l’expression? Est-elle présente à la conscience, repérable dans le discours, ou n’est-elle exprimée qu’au niveau du comportement et du corps? Ses formes d’expression sont elles-mêmes sources de complications sociales, ainsi la consommation de substances psycho-actives. On croit connaître assez bien le processus de désinsertion, que connaît-on du processus de socialisation, de création et de développement du lien social? Le dénuement rend difficile ou compromet le travail de soin et de (ré)insertion sociale. Ce dernier peut-il être crédité d’une vertu thérapeutique quand il se donne pour objectif de restaurer un lien social attaqué par ce qui peut être lu comme la projection d’un appareil psychique, lui-même développé dans un contexte familial et social désorganisé, non contenant, aux transmissions intergénérationnelles pathogènes?
Uniquement si vous avez accepté de recevoir les offres des partenaires de Padre dans le domaine de la voyance (en cochant la case de consentement spécifique), nous pourrions partager vos données personnelles telles que votre titre, nom, prénom, adresse postale et adresse e-mail avec une ou des sociétés tierces pertinentes, partenaires de la société Sesam Limited, dont les produits ou services pourraient vous intéresser. Ces sociétés tierces sont susceptibles de vous adresser des offres à leur tour. Dans la mesure permise par les lois et règlements locaux applicables, nous nous réservons le droit de partager vos données personnelles avec des tiers qui nous aident à vous fournir des Services, pour autant qu’ils fournissent un niveau adéquat de protection des données pour assurer la sécurité de vos données personnelles. Cependant, vous pouvez nous contacter à n’importe quel moment par le biais de notre page contact accessible depuis ce lien afin de nous demander de ne pas communiquer vos données personnelles à des tiers.
Par contre, le service public de psychiatrie, assuré par les équipes de secteur, est adapté, ou plutôt est en capacité de s’adapter, à cette nouvelle donne, à plusieurs conditions : l’abandon de la référence incantatoire à « la doctrine de secteur » qui exprime la résistance à toute initiative communautaire et transversale, l’acceptation et même l’intérêt d’avoir à connaître des sujets qui, pour la plupart, ne souffrent pas de troubles « avérés » et, pour autant, peuvent présenter des symptômes tout comme dans les états de crise, la curiosité de revisiter la clinique en référence à la psycho-dynamique et d’en tirer les outils de lecture spécifiques aux psychistes et ceux qui peuvent être communs avec les acteurs sociaux.
Coordination 69 Soins psychiques et Réinsertions:  cette association  regroupe l’ensemble des établissements publics et des associations du Rhône – dont les associations de familles et d’usagers – qui concourent aux soins, à la réadaptation et à l’insertion sociale et professionnelle des personnes en souffrance et/ou en situation de handicap psychique.
Ludwig Wittgenstein a lui aussi été un contradicteur des œuvres psychanalytiques, tout en reconnaissant son importancec 2 Il considère la psychanalyse comme mythologique19, et encore comme d’« excellentes images20 ». Fondamentalement il s'oppose à Freud sur le plan de ce que signifie pour Freud le déterminisme. Morris Lazerowitz dit de lui qu’il est le psychanalyste de la philosophie, « sans en être conscient21 ».
Comment comprendre alors la genèse et la portée du dispositif inventé par Bion ? Quelque peu traumatisé par son expérience de la guerre et l’exercice de l’autorité hiérarchique assimilée à un pouvoir trop souvent illégitime, récalcitrant face aux méandres pathogènes des organisations bureaucratiques, Bion, pourtant initialement intéressé par la réalisation de la tâche [2][2] N’oublions pas que Bion était avant tout intéressé,... au sein des groupes et le « juste » investissement des rôles par chacun, créa curieusement un dispositif où ces deux dimensions étaient difficilement appréhendables. Ni l’institution, ni les participants ne pouvaient véritablement s’y retrouver car la démarche de Bion, à partir d’une intuition féconde, était insuffisamment élaborée, peut-être trop réactionnelle au regard du contexte. Refusant toute structure et toute autorité apparente en contraste avec le cadre militaire auquel étaient confrontés ses patients et dont il était auparavant le garant sur le terrain, il adopta une posture où la libre parole, aussi vécue comme un laisser-faire, allait de pair avec des interprétations groupales pour le moins mystérieuses, en partie liées aux hypothèses de base. En cassant volontairement toute structure classique, Bion sollicita ainsi les anxiétés psychotiques paranoïdes et dépressives, pour lesquelles l’œuvre de Melanie Klein avait éveillé sont intérêt. Ne déclarait-il pas : « J’irai jusqu’à dire que ce sont ces dernières [les anxiétés primitives liées aux relations d’objet partiel] qui sont à l’origine de toutes les formes de comportement de groupe » (Bion, 1965, p.?130) ; sans doute avec l’hypothèse que leur analyse permettrait à la fois de mieux comprendre les phénomènes de groupe, d’accroître l’autonomie des sujets et de les aider à guérir. Toujours est-il que le phénomène psychosocial en cause nous semble plus proche de la prophétie autoréalisatrice (Rosenthal et Jacobson, 1971) que d’une découverte « scientifique » (à laquelle, au demeurant, Bion ne prétendait pas vraiment) : quoi de plus normal en effet que d’osciller entre la dépendance (à un instituant qui ne nous explique pas grand-chose ni de son projet ni de son dispositif et vis-à-vis duquel nous n’avons pas de demande particulière), l’attaque-fuite (fruit de mouvements paranoïdes et dépressifs compréhensibles vu la situation [3][3] Bion se déclarera d’ailleurs surpris que, en tant que...) et le couplage (c’est-à-dire la recherche constante d’une sortie de cette situation inconfortable) ? Bion, bien qu’il ait inventé son dispositif avant d’avoir entrepris une analyse, l’a peut-être calqué sur celui de la cure individuelle, provoquant la régression en groupe (reproche formulé par Nitsun, 1996) et jouant du transfert dans une situation qui ne s’y prêtait pas nécessairement. L’a-t-il réalisé dans l’après-coup ?
La naissance d’un bébé mobilise psychiquement les enjeux narcissiques des parents qui projettent leur moi idéal sur l’enfant à venir, mais aussi les deux lignées familiales qui souhaitent avoir un héritier digne de leur nom et de leur histoire. L’arrivée des enfants remet en vigueur les clauses du contrat narcissique défini par Piera Aulagnier (1975), à savoir que la dette de vie de l’individu face à sa famille est rendue par l’arrivée d’une progéniture. Mais la naissance est aussi le signal d’un décrantage temporel et d’un changement de statut au sein du corps familial : la fille devient mère, la mère devient la grand-mère, etc., elles n’auront normalement plus les mêmes fonctions.
Sesam Limited s’efforce de maintenir la fiabilité, l’exactitude, l’exhaustivité et l’actualité de vos données personnelles dans nos bases de données et de protéger la confidentialité et la sécurité de nos bases de données et des données que nous recueillons. Sesam Limited s’assure de la sécurité de toutes vos données personnelles en utilisant des mesures de sécurité techniques et organisationnelles pour protéger raisonnablement les informations contre les accès non autorisés, les manipulations accidentelles ou intentionnelles, les abus, les pertes et les destructions, ainsi que de maintenir une procédure de traitement qui satisfait aux exigences des lois applicables.
Les citations que l'on trouvera dans le présent article s'inscrivent directement dans ce contexte du déterminisme puisqu'elles sont tirées, pour la plupart d'entre elles du chapitre 12 de la « Psychopathologie de la vie quotidienne » (c'est-à-dire le dernier du livre) qui s'intitule : « Déterminisme, croyance au hasard et superstition ». Qui plus est, Freud introduit ce chapitre fondamental par les propos suivants :

Donnant un cours sur des théories d’organisation, je suis surpris par la vigueur de certaines critiques émanant de plusieurs étudiants, puis de leur retrait rapide (trop ?) face à mes réponses. M’en ouvrant à plusieurs d’entre eux au cours de la pause, ils m’en donnent deux explications : ces théories leur apparaissant un peu abstraites, ils prennent la parole pour « exister » et « titillent souvent le prof juste pour mettre de la vie dans la classe ». Cette attitude est, de plus, considérée comme « payante » puisqu’une note de participation doit être attribuée à chaque étudiant.
Les médiums offrent un service à l’instar de toute autre entreprise. Vous payez pour des visites chez le médecin, des coupes de cheveux, un entretien mécanique et une peinture de la maison, alors pourquoi pas des lectures psychiques ? Même les artistes et les concepteurs exigent un tarif pour engager leurs services. Le fait que les médiums offrent un service spirituel et s’appuient sur un cadeau dont certaines personnes sont sceptiques n’enlève rien au fait qu’ils dirigent ou font partie d’une entreprise.
« Pour deux raisons la folie nous rend irresponsable, parce qu’elle nous désassimile et parce qu’elle nous aliène, parce qu’elle nous fait étranger à notre milieu et parce qu’elle nous fait étranger à nous même. Elle refond le moi, bien que, le plus souvent, elle le fasse tomber du coté où il penchait déjà, et le moi nouveau qu’elle lui substitue a pour essence d’être insociable… Voilà pourquoi nos principes défendent de punir le fou… Toute folie est une extravagance qui nous isole d’autant plus qu’elle est fixée, consolidée et chronique. » (Tarde, La philosophie pénale, 1890, p 113-114).
41Pour autant un piège restera à éviter avec une vigilance continue, celui de réduire tous troubles du comportement et tout passage à l’acte criminel au seul déterminisme psychologique ou psychiatrique et de n’entrevoir de réponse que soignante. L’augmentation des attentes de la société vis-à-vis de la psychiatrie est préoccupante et nous faut être vigilants à ne pas tomber dans une psychiatrisation de tout comportement dans une société qui, du fait de son organisation et de son évolution, est de plus en plus dure et violente vis-à-vis des siens. Deux tentations très fortes sont à éviter soigneusement28 : Assimiler les crimes les plus horribles à des crimes de malades mentaux, mais aussi penser que la psychiatrie puisse soigner et protéger de toute récidive les sujets atteints de troubles de la personnalité en rapport direct avec une précarisation qui se développe.

↑ Lacan, Séminaire, vol. VIII, « Le Transfert », 1960-1961. Voir le commentaire de Didier Eribon, « L’inconscient des psychanalystes au miroir de l’homosexualité » Dans Francis Martens, Psychanalyse : que reste-t-il de nos amours ?, Complexe, coll. « Revue de l'Université de Bruxelles / 1999 » (no 2), 2000, 345 p. (ISBN 2-87027-813-6, OCLC 44448823, notice BnF no FRBNF37733538, lire en ligne [archive]), p. 172-173
Bien sûr, d’autres fantasmes non avouables seront présents, se référant au pacte dénégatif défini par René Kaës (1993). Ces éléments en négatifs (et pas forcément négatifs) viendront se déposer malgré la censure familiale (André-Fustier F., Aubertel F., 1991) dans la psyché de l’enfant. Ce dernier en ressentira peut-être les effets lorsque son psychisme sera plus tard en relation avec un vécu corporel marqué d’hétérogénéité ou d’étrangeté comme l’a bien souligné Gisela Pankow (1977) dans ses thérapies d’adultes psychotiques.
Hormis le téléphone, l’autre méthode rapide et bon marchée de mener des séances de lecture live est a travers les différentes méthodes d’Internet comme le chat Internet, chat email et SMS clavarder. Il y a toujours des lecteurs qui se tiennent, et en attente de donner des lectures directes immédiatement ils sont contactés. L’avantage Internet psychic live a sur la voyante de téléphone direct, c’est que le cout est tres réduit. Il en coute presque a côté de rien pour effectuer des lectures live par chat Internet. L’exigence de base est évidemment la connexion Internet. Quiconque a une connexion Internet peut avoir une session avec une voyante live. Hormis communiquant avec lecteurs direct par courriel de nombreux moteurs de recherche Internet comme Google, yahoo, MSN et AOL meme parmi d’autres ont des caractéristiques de chat spécial ou astrologue live peut etre contacté en temps réel et psychique session réalisée.
×